Mmoires sur la vie prive de Marie-Antoinette, reine de France et de Navarre: suivis de souvenirs et anecdotes historiques sur les rgnes de Louis XIV, de Louis XV et de Louis XVI.

 

 - 

.

-

73 - Le prsident rpondit cette apostille anonyme par ces vers ingnieux : Ces mots , tracs par une main divine , Ne peuvent me causer que trouble et qu'embarras. C'est trop oser si mon cur les devine ; C'est tre ingrat s'il ne devine pas.
307 - Madame m'ayant fait appeler, je vis entrer chez elle madame la marchale de Mirepoix, qui, ds la porte , s'cria : Qu'est-ce donc, madame, que toutes ces malles? Vos gens disent que vous partez. Hlas! ma chre amie, le matre le veut, ce que m'a dit M. de Machault. Et son avis lui, quel est-il , dit la marchale?
318 - D'une femme suprieure et d'une excellente amie, lui dis-je. C'est son cur que j'en veux, me dit-elle, et toutes ces petites filles qui n'ont point d'ducation, ne me l'enlveront pas. Je ne serais pas aussi tranquille , si je voyais quelque jolie femme de la cour et de la ville tenter sa conqute. Je demandai Madame si la jeune personne savait que c'tait le roi qui tait le pre.
35 - ... ft environne de gens srs sans qu'elle pt s'en douter ni en tre gne. Probablement que le capitaine des gardes prenait aussi de son ct d'autres prcautions de ce genre. Mon beau-pre, pendant la jeunesse du roi et la sienne , a t plusieurs fois du nombre des serviteurs qui il tait enjoint de se prsenter sous le masque dans ces runions, formes souvent un quatrime tage, ou dans quelque salle d'aubergiste. Dans ce temps-l, pendant la dure du carnaval,...
314 - ... l'amiti du roi pour vous est la mme que pour votre appartement, vos entours; vous tes faite ses manires, ses histoires; il ne se gne pas , ne craint pas de vous ennuyer; comment voulez-vous qu'il ait le courage de draciner tout cela en un jour , de former un autre tablissement, et de se donner en spectacle au public, par un changement aussi grand de dcoration ? La demoiselle devint grosse, les propos du public, de la cour mme, alarmaient Madame infiniment.
316 - II faut, me dit-elle, que vous alliez passer quelques jours l'avenue de Saint-Cloud, dans une maison o je vous ferai conduire; vous trouverez l une jeune personne prte accoucher. Le roi ne disait rien, et j'tais muette d'tonnement. Vous serez la matresse de la maison, et prsiderez, comme une desse de la fable, l'accouchement. On a besoin de vous pour que tout se passe suivant la volont du roi, et secrtement. Vous assisterez au baptme et indiquerez les noms du...
316 - Elle en sortit une aigrette de diamans , en disant au roi : Je n'ai pas voulu, et pour cause, qu'elle ft plus belle. Elle l'est encore trop, et il embrassa Madame en disant : Que vous tes bonne ! Elle pleura d'attendrissement, et mettant la main sur le cur du roi : C'est l que j'en veux, dit-elle. Les larmes vinrent aussi aux yeux du roi , et je me mis aussi pleurer, sans trop savoir pourquoi.
90 - ... visites des vques, des archevques, des prtres ambitieux; faisait accorder par le roi son pre beaucoup de grces ecclsiastiques, et s'attendait probablement jouer un grand rle l'poque o le roi, lass de ses plaisirs et de sa vie licencieuse, chercherait s'occuper de son salut; ce qui serait peut-tre arriv, si une mort prompte et inattendue ne ft venue terminer sa carrire. Le plan de madame Louise choua par cet vnement. Elle resta dans son couvent d'o...
44 - ... diamans, ainsi qu' sa tabatire et sa montre. Il vint un jour o la cour tait en magnificence , chez Madame , avec des boucles de souliers et de jarretires de diamans fins , si belles , que Madame dit qu'elle ne croyait pas que le roi en et d'aussi belles. Il passa dans l'antichambre pour les dfaire, et les apporta pour les faire voir de plus prs, en comparant les pierres d'aulres.
101 - Monseigneur, lui rpondit ce brave capitaine, vous pouvez le remarquer cette feuille de parquet sur laquelle je me place constamment; elle est dj enfonce de quelques lignes par le poids de mon corps. Cette rponse circula dans Versailles; je la sus. La reine se mettait assez souvent la fentre de sa chambre coucher, pour reconnatre avec sa lorgnette les gens qui se promenaient dans le parc. Quelquefois elle demandait ses femmes les noms des gens dont les figures lui taient...