Histoire de la Franche-Comt ancienne et moderne: prcde d'une description de cette province

Ch. Stvenard, 1851 - 695
 

 - 

.

-

674 - La victoire marchera au pas de charge; l'aigle, avec les couleurs nationales, volera de clocher en clocher jusqu'aux tours de Notre-Dame.
615 - ... pour tre jugs militairement, sans espoir de pardon, tous les membres de l'Assemble nationale, du dpartement, du district, de la municipalit et de la garde nationale de Paris...
617 - Tremblez, tyrans, et vous, perfides. L'opprobre de tous les partis ; Tremblez ! vos projets parricides, Vont enfin recevoir leur prix ! Tout est soldat pour vous combattre ; S'ils tombent, nos jeunes hros.
630 - Les jeunes gens iront au combat ; les hommes maris forgeront les armes et transporteront les subsistances ; les femmes feront des tentes, des habits et serviront dans les hpitaux ; les enfants mettront le vieux linge en charpie ; les vieillards se feront porter sur les places publiques pour exciter le courage des guerriers, prcher la haine des rois et l'unit de la Rpublique.
616 - Allons, enfants de la patrie, Le jour de gloire est arriv! Contre nous, de la Tyrannie L'tendard sanglant est lev (bis) Entendez-vous, dans les campagnes Mugir ces froces soldats? Ils viennent jusque dans vos bras Égorger vos fils, vos compagnes.
674 - Soldats! venez vous ranger sous les drapeaux de votre chef. Son existence ne se compose que de la vtre ; ses droits ne sont que ceux du peuple et les vtres ; son intrt , son honneur, sa gloire , ne sont autres que votre intrt , votre honneur et votre gloire.
4 - L'incendie augmente, l'orient parat tout en flammes : leur clat on attend l'astre longtemps avant qu'il se montre : chaque instant on croit le voir paratre; on le voit enfin. Un point brillant part comme un clair, et remplit aussitt tout l'espace ; le voile des tnbres s'efface et tombe.
631 - Le conseil excutif provisoire, les ministres, les gnraux, les corps constitus, sont placs sous la surveillance du comit de salut public, qui en rendra compte tous les huit jours la Convention.
618 - C'tait dans l'hiver de 1792. La disette rgnait Strasbourg. La maison de Dietrich tait pauvre, sa table fru1,. . gale, mais hospitalire pour Rouget de Lisle. Le jeune officier s'y asseyait le soir et le matin comme un fils ou un frre de la famille. Un jour- qu'il n'y avait eu que du pain de munition et quelques tranches de jambon fum sur la table, Dietrich regarda...
673 - C'est aux conseils de Votre Altesse Royale , ce glorieux pays et la confiance de ses habitants que j'attribuerai toujours , aprs la divine Providence, le rtablissement de notre maison sur le trne de ses anctres...