Collection complte des oeuvres, 9

diteur non identifi, 1782
 

 - 

.

-

149 - Je regarde toutes les religions particulires comme autant d'institutions salutaires qui prescrivent dans chaque pays une manire uniforme d'honorer Dieu par un culte public, et qui peuvent toutes avoir leurs raisons dans le climat, dans le gouvernement, dans le gnie du peuple, ou dans quelque autre cause locale qui rend l'une prfrable l'autre...
86 - Ils font plus, cet accord vident et universel de toutes les nations, ils l'osent rejeter : et contre l'clatante uniformit du jugement des hommes, ils vont chercher dans les tnbres quelque exemple obscur et connu d'eux seuls ; comme si tous les penchants de la nature taient anantis par la dpravation d'un peuple, et que, sitt qu'il est des monstres, l'espce ne ft plus rien.
147 - Lonidas tait mort pour son pays avant que Socrate et fait un devoir d'aimer la patrie; Sparte tait sobre avant que Socrate et lou la sobrit; avant qu'il et dfini la vertu, la Grce abondait en hommes vertueux.
279 - J'aurais pour cour une basse-cour, et pour curie une table avec des vaches, pour avoir du laitage que j'aime beaucoup.
107 - Les plus grandes ides de la divinit nous viennent par la raison seule. Voyez le spectacle de la nature, coutez la voix intrieure. Dieu n'at-il pas tout dit nos yeux, notre conscience, notre jugement?
147 - Il inventa , dit-on , la morale ; d'autres avant lui l'avoient mise en pratique : il ne fit que dire ce qu'ils avoient fait , il ne fit que mettre en leons leurs exemples. Aristide avoit t juste...
314 - Ainsi toute l'ducation des femmes doit tre relative aux hommes. Leur plaire, leur tre utiles, se faire aimer et honorer d'eux, les lever jeunes, les soigner grands, les conseiller, les consoler, leur rendre la vie agrable et douce; voil les devoirs des femmes dans tous les temps , et ce qu'on doit leur apprendre ds leur enfance.
63 - Quoi ! pour empcher l'homme d'tre mchant, fallait-il le borner l'instinct et le faire bte ? Non, Dieu de mon me, je ne te reprocherai jamais de l'avoir faite ton image, afin que je pusse tre libre, bon et heureux comme toi.
160 - Fuyez ceux qui , fous prtexte d'expliquer la Nature , fement dans les curs des hommes de dfolantes doftrines , & dont le fcepticifme apparent eft cent fois plus affirmatif & plus dogmatique que le ton dcid de leurs adverfaires. Sous le hautain prtexte qu'eux feuls font clairs , vrais , de bonne foi , ils nous foumettent imprieufement leurs dcifons tranchantes , & prtendent nous donner , pour les vrais principes des chofes , les inintelligibles fyftmes qu'ils ont btis...
67 - O Brutus! mon fils! ne souille point ta noble vie en la finissant; ne laisse point ton espoir et ta gloire avec ton corps aux champs de Philippes. Pourquoi dis-tu , La vertu nest rien, quand tu vas jouir du prix de la tienne? Tu vas mourir, penses-tu : non , tu vas vivre, et c'est alors que je tiendrai tout ce que je t'ai promis.