Le pome de Lucrce: morale, religion, science

 

 - 

.

-

183 - Assis mes cts, m'appelleraient heureux, Et quand ces grands amants de l'antique nature Me chanteraient la joie et le mpris des dieux, Je leur dirais tous : " Quoi que nous puissions faire, Je souffre, il est trop tard ; le monde s'est fait vieux. Une immense esprance a travers la terre ; Malgr nous vers le ciel il faut lever les yeux ! " Que me reste-t-il donc ? Ma raison rvolte Essaye en vain de croire et mon cur de douter.
217 - Eximia veste et victu convivia, ludi, pocula crebra, unguenta coronae serta parantur, nequiquam, quoniam medio de fonte leporum surgit amari aliquid quod in ipsis floribus angat...
315 - Namque canebat, uti magnum per inane coacta semina terrarumque animaeque marisque fuissent, et liquidi simul ignis ; ut his exordia primis omnia et ipse tener mundi concreverit orbis...
172 - D'o, passant plus outre, je dis qu'tant spars de cette unit, ils commencent leur enfer mme sur la terre, et que leurs crimes les y font descendre. Car ne nous imaginons pas que l'enfer consiste * .dans ces pouvantables tourments, dans ces tangs de feu et de soufre, dans ces flammes ternellement dvorantes, dans cette rage, dans ce dsespoir, dans cet horrible grincement de dents. L'enfer, si nous l'entendons, c'est le pch mme ; l'enfer, c'est d'tre loign de Dieu :...
157 - Rions, chantons, dit cette troupe impie, De fleurs en fleurs, de plaisirs en plaisirs, Promenons nos dsirs. Sur l'avenir insens qui se fie. De nos ans passagers le nombre est incertain. Btons-nous aujourd'hui de jouir de la vie : Qui sait si nous serons demain ? TOUT LE CHUR.
234 - Volupt, Volupt, qui fus jadis matresse Du plus bel esprit de la Grce, Ne me ddaigne pas, viens-t'en loger chez moi; Tu n'y seras pas sans emploi: J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien, Jusqu'au sombre plaisir d'un cur mlancolique.
234 - J'aime le jeu, l'amour, les livres, la musique, La ville et la campagne, enfin tout ; il n'est rien Qui ne me soit souverain bien. Jusqu'au sombre plaisir d'un cur mlancolique. Viens donc...
111 - Je subtiliserais un morceau de matire, Que l'on ne pourrait plus concevoir sans effort, Quintessence d'atome, extrait de la lumire, Je ne sais quoi plus vif et plus mobile encor Que le...
221 - L'amour pour l'ordinaire est peu fait ces lois, Et l'on voit les amants vanter toujours leur choix: Jamais leur passion n'y voit rien de blmable, Et dans l'objet aim tout leur devient aimable; Ils comptent les dfauts pour des perfections, Et savent y donner de favorables noms. La ple est aux jasmins en blancheur comparable; La noire faire peur une brune adorable; La maigre a de la taille et de la libert...
248 - ... et d'un bedeau de paroisse. Affirmer que ni l'il n'est fait pour voir, ni l'oreille pour entendre, ni l'estomac pour digrer, n'est-ce pas l la plus norme absurdit, la plus rvoltante folie qui soit jamais tombe dans l'esprit humain ? Tout douteur que je suis , cette dmence me parat vidente , et je le dis.