Biographie universelle des hommes qui se sont fait un nom par gnie, leurs talents, leur vertus, leurs erreurs, ou leurs crimes, 5

J.B. Plagaud, 1867
 

 - 

.


1
1
2
6
3
60
4
76
5
94
6
99
7
105
8
117
12
196
13
215
14
218
15
263
16
267
17
284
18
342
19
352

9
152
10
170
11
195
20
428
21
470
22
479

-

366 - ... je vous dclare que ma conscience ne me reproche rien, et que mes dfenseurs ne vous ont dit que la vrit. Je n'ai jamais craint que ma conduite ft examine publiquement; mais mon cur est dchir de trouver dans l'acte d'accusation l'imputation d'avoir voulu faire rpandre le sang du peuple, et surtout que les malheurs du 10 aot me soient attribus! J'avoue que les preuves multiplies que...
366 - On vient de vous exposer mes moyens de dfense ; je ne les renouvellerai point. En vous parlant peut-tre pour la dernire fois, je vous dclare que ma conscience ne me reproche rien , et que mes dfenseurs ne vous ont dit que la vrit.
358 - C'est dans cette confiance , Messieurs , que je vous ai rassembls , et je vois avec sensibilit qu'elle a t justifie par les dispositions que les deux premiers ordres ont montres renoncer leurs privilges pcuniaires.
358 - Puisse , messieurs , un heureux accord rgner dans cette assemble , et cette poque devenir jamais mmorable ,' pour le bonheur et la prosprit du royaume; c'est le souhait de mon cur, c'est le plus ardent de mes vux, c'est enfin le prix que* j'attends' de la droiture de mes intentions et de mon amour pour mes peuples.
88 - Gengiskan, qui ont dvast l'Asie ; et nous verrons que nous devons au christianisme, et dans le gouvernement un certain droit politique, et dans la guerre un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait assez reconnatre.
358 - Messieurs, ce jour que mon cur attendait depuis longtemps est enfin arriv, et je me vois entour des reprsentants de la nation laquelle je me fais gloire de commander. Un long intervalle s'tait coul depuis la dernire tenue des États gnraux ; et quoique la convocation de ces assembles part tre tombe en dsutude, je n'ai pas balanc rtablir un usage dont le royaume peut tirer une nouvelle force, et qui peut ouvrir la nation une nouvelle source de bonheur.
24 - Je n'oublierai jamais la soire de dcembre o le voile qui me drobait moi-mme ma propre incrdulit fut dchir. J'entends encore mes pas dans cette chambre troite et nue o, longtemps aprs l'heure du sommeil, j'avais coutume de me promener; je vois encore cette lune demi voile par les nuages qui en clairait par intervalles les froids carreaux. Les heures de la nuit s'coulaient, et je ne m'en apercevais...
358 - Je connais l'autorit et la puissance d'un roi juste au. milieu d'un peuple fidle et attach de tout temps aux principes de la monarchie : ils ont fait la gloire et l'clat de la France; je dois en tre le soutien et je le serai constamment.
358 - C'est dans cette confiance. Messieurs, que je vous ai rassembls, et je vois avec sensibilit qu'elle a dj t justifie par les dispositions que les deux premiers Ordres ont montres renoncer leurs privilges pcuniaires.
294 - ... par les difficults qui s'levrent de diffrents cts. Aprs nous tre fatigus quelque temps sans nous trouver plus en tat de rsoudre les doutes qui nous embarrassaient , il me vint dans l'esprit que nous prenions un mauvais chemin , et qu'avant de nous engager dans ces sortes de recherches il tait ncessaire d'examiner notre propre capacit , et de voir quels objets sont notre porte ou au-dessus de notre comprhension.