Histoire des Arabes et des Mores d'Espagne: traitant de la constitution du peuple arabe-espagnol, de sa civilisation, de ses meurs et de son influence sur la civilisation moderne, 1

Pagnerre, 1851 - 4
 

 - 

.

-

31 - Vous avez appris qu'il a t dit : il pour il et dent pour dent ; Et moi je vous dis de ne point rsister au mal que l'on veut vous faire , mais si quelqu'un vous a frapp sur la joue droite, prsentez-lui encore l'autre.
51 - Languissent disperss sans honneur et sans vie : Sur ces dbris du monde levons l'Arabie. Il faut un nouveau culte, il faut de nouveaux fers ; II faut un nouveau dieu pour, l'aveugle univers.
35 - Quiconque a fait une bonne oeuvre en recevra la rcompense dcouple; celui qui a commis une mauvaise action en recevra un prix quivalent
51 - Chaque peuple, son tour, a brill sur la terre, Par les lois, par les arts, et surtout par la guerre. Le temps de l'Arabie est la fin venu. Ce peuple gnreux-, trop longtemps inconnu, Laissait dans ses dserts ensevelir sa gloire ; Voici les jours nouveaux marqus pour la victoire.
374 - Parce que je dsire, dit-il, la conservation des royaumes, je dsire la conservation des rois, et parce que je dsire la conservation des rois, je dsire que les rois se maintiennent dans les limites permises. Ceci n'est pas de moi, quoique d'aussi honorables dsirs ne puissent dshonorer personne, mais d'un grave conseiller qui dit au roi don Philippe II, en voyant dans diverses occasions qu'il marchait vers la licence du pouvoir absolu : Seigneur, temprez-vous ; reconnaissez Dieu sur...
51 - L'Inde esclave et timide, et l'Egypte abaisse, Des murs de Constantin la splendeur clipse ; Vois l'empire romain tombant de toutes parts, Ce grand corps dchir, dont les membres pars Languissent disperss sans honneur et sans vie : Sur ces' dbris du monde levons l'Arabie.
95 - Les barbares d'Austrasie ne souponnaient gure quelles destines taient confies leur pe; cependant un sentiment confus de la grandeur de la lutte qu'ils allaient engager parut les saisir : les musulmans , de leur ct, hsitrent pour la premire fois. Durant sept jours, l'Orient et l'Occident s'examinrent avec haine et terreur : les deux armes , ou plutt les deux mondes , s'inspiraient un tonnement rciproque par la diffrence des physionomies, des armes, des costumes,...
374 - Dieu trs-jaloux, qui ne veut souffrir de com pagnon en aucune chose. Le mme conseiller me disait moi en particulier : Seigneur Antonio, je crains beaucoup, si les hommes ne se modrent pas, et s'ils continuent se faire dieux sur la terre, que Dieu ne se fatigue des monarchies, ne les bouleverse, et ne donne
33 - ... sera regard comme le meurtrier du genre humain; et celui qui aura rendu la vie un homme sera regard comme s'il avait rendu la vie tout le genre humain.
95 - Les cheiks musulmans passaient et repassaient au galop devant les lignes gallo-teutoniques, pour mieux voir les gants du Nord avec leurs longs cheveux blonds, leurs heaumes brillants, leurs casaques de peaux de buffle ou de mailles de fer, leurs longues pes et leurs normes haches.