1792

Furne, 1842
 

 - 

.

-

335 - Paris se hte d'informer ses frres de tous les dpartements qu'une partie des conspirateurs froces, dtenus dans les prisons, a t mise mort par le peuple : actes de justice qui lui ont paru indispensables pour retenir par la terreur les...
384 - ... regards , ont ouvert son me une foule d'impressions superstitieuses que , dans l'tat actuel des choses, nulle espce de lumire ne peut ni dtruire, ni modrer. Sa religion, c'est--dire, la religion telle qu'il la conoit, est devenue pour lui la plus forte et pour ainsi dire l'unique habitude morale de sa vie. L'objet, le plus essentiel qu'elle lui prsente est le culte des images; et le ministre de ce culte...
90 - Sire, l'tat actuel de la France ne peut subsister long-temps, c'est un tat de crise dont la violence atteint le plus haut degr; il faut qu'il se termine par un clat qui doit intresser votre majest autant qu'il importe tout l'empire. Honor de votre confiance, et plac dans un poste o je vous dois la vrit, j'oserai la dire tout entire; c'est une obligation qui m'est impose par vous-mme. Les Franais se sont donn une constitution; elle...
99 - C'est dans le mme esprit que je ritrerai mes reprsentations Votre Majest, sur l'obligation et l'utilit d'excuter la loi qui prescrit d'avoir un secrtaire au Conseil. La seule existence de la loi parle si puissamment, que l'excution semblerait devoir suivre sans...
217 - A ces grands intrts se joint encore un but galement important, et qui tient cur aux deux souverains, c'est de faire cesser l'anarchie dans l'intrieur de la France, d'arrter les attaques portes au trne et l'autel, de rtablir le pouvoir lgal, de rendre au roi la sret et la libert dont il est priv, et de le mettre en tat d'exercer l'autorit lgitime qui lui est due.
220 - Tuileries est forc ou insult , que s'il est fait la moindre violence, le moindre outrage Leurs Majests le roi, la reine et la famille royale, s'il n'est pas pourvu immdiatement leur sret, leur conservation et leur libert, elles en tireront une vengeance exemplaire et jamais mmorable , en livrant la ville de Paris une excution militaire et une subversion totale, et les rvolts , coupables d'attentats , aux supplices qu'ils auront mrits.
165 - Si le Roi se met la tte d'une arme et en dirige les forces contre la nation, ou s'il ne s'oppose pas par un acte formel une telle entreprise qui s'excuterait en son nom, il sera cens avoir abdiqu la royaut.
167 - Était-ce nous dfendre que d'carter les projets tendant fortifier l'intrieur du royaume, ou de faire des prparatifs de rsistance pour l'poque o nous serions dj devenus la proie des tyrans?
112 - ... au courage calme et constant d'une nation qui connat ses droits et les dfend; enfin, leurs combinaisons sectaires aux vritables intrts de la patrie, qui, dans ce moment de danger, doit runir tous ceux pour qui son asservissement et sa ruine ne sont pas les objets d'une atroce jouissance et d'une infme spculation.
410 - Force de consentir la guerre par la plus imprieuse ncessit, l'Assemble nationale n'ignore pas qu'on l'accusera de l'avoir volontairement acclre ou provoque. Elle sait que la marche insidieuse de la cour de Vienne n'a eu d'autre objet que de donner une ombre de vraisemblance cette imputation , dont les puissances trangres ont besoin pour cacher leurs peuples les motifs rels de l'attaque injuste prpare contre la France...