Tableau historique de la littrature franaise aux XVe et XVIe sicles

Maire-Nyon, 1835 - 420
0
Google ʡ .
 

 - 

.

-

118 - Villon sut le premier, dans ces sicles grossiers, Dbrouiller l'art confus de nos vieux romanciers.
251 - L'amour pour l'ordinaire est peu fait ces lois, Et l'on voit les amants vanter toujours leur choix: Jamais leur passion n'y voit rien de blmable, Et dans l'objet aim tout leur devient aimable; Ils comptent les dfauts pour des perfections, Et savent y donner de favorables noms. La ple est...
251 - La ple est aux jasmins en blancheur comparable; La noire faire peur une brune adorable; La maigre a de la taille et de la libert; La grasse est dans son port pleine de majest...
235 - Épier si des vers la rime est brve ou longue ; Ou bien si la voyelle, l'autre s'unissant, Ne rend point l'oreille un vers trop languissant.
306 - Je ne puis pardonner Descartes; il aurait bien voulu dans toute sa philosophie pouvoir se passer de Dieu , mais il n'a pu s'empcher de lui faire donner une chiquenaude pour mettre le monde en mouvement ; aprs cela , il n'a plus que faire de Dieu'.
131 - Franais, marchez courageusement vers cette superbe cit romaine : et des serves dpouilles d'elle (comme vous avez fait plus d'une fois) ornez vos temples et vos autels.
236 - La terreur de son nom rendra nos villes fortes, On n'en gardera plus ni les murs ni les portes, Les veilles cesseront au sommet de nos tours ; Le fer, mieux employ, cultivera la terre ; Et le peuple, qui tremble aux frayeurs de la guerre, Si ce n'est pour danser, n'orra plus de tambours. Loin des murs...
279 - Ces dispositions et ces humeurs dont nous venons de parler, cette fivre chaude de rbellion, cette lthargie de servitude viennent de plus haut qu'on ne s'imagine. Dieu est le pote, et les hommes ne sont que les acteurs.
346 - PHILAMINTE. Elle a, d'une insolence nulle autre pareille, Aprs trente leons, insult mon oreille, Par l'improprit d'un mot sauvage et bas, Qu'en termes dcisifs condamne Vaugelas.
363 - La chaire semblait disputer, ou de bouffonnerie avec le thtre, ou de scheresse avec l'cole ; et le prdicateur croyait avoir rempli le ministre le plus srieux de la religion, quand il avait dshonor la majest de la parole sainte en y mlant , ou des termes barbares qu'on n'entendait pas , ou des plaisanteries qu'on n'aurait pas d entendre.