Mmoires historiques, littraires et critiques de Bachaumont, depuis l'anne 1762 jusques 1788, 1

Lopold Collin, 1808 - 400
 

 - 

.

-

240 - Que la trompette du jugement dernier sonne quand elle voudra, je viendrai, ce livre la main, me prsenter devant le souverain juge. Je dirai hautement : Voil ce que j'ai fait, ce que j'ai pens, ce que je fus.
341 - Tout ce que vous voyez conspire vos dsirs ; Vos jours toujours sereins coulent dans les plaisirs ; L'empire en est pour vous l'inpuisable source; Ou, si quelque chagrin en interrompt la course, Tout l'univers, soigneux de les entretenir, S'empresse l'effacer de votre souvenir.
240 - Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple et dont l'excution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer mes semblables un homme dans toute la vrit de la nature ; et cet homme ce sera moi.
229 - Gauthier, prtre , je me suis confess lui , et que , si Dieu dispose de moi , je meurs dans la sainte religion catholique o je suis n, esprant de la misricorde divine qu'elle daignera pardonner toutes mes fautes , et que , si j'avais jamais scandalis l'Eglise , j'en demande pardon Dieu et elle.
7 - Il a la majest des rois , le sublime des pontifes , la tendresse ou la svrit des pres. C'est un trs-grand acteur, qui joint la force au pathtique , la chaleur au sentiment. Il est gnralement admir.
248 - Si j'ai partag avec toute l'Europe vos regrets, madame, sur la perte de cet homme incomparable, vous vous tes mise en droit de participer la reconnaissance que je dois ses crits. Je suis sans doute trs-sensible...
240 - ... j'ai dvoil mon intrieur tel que tu l'as vu toi-mme , Être ternel. Rassemble autour de moi l'innombrable foule de mes semblables; qu'ils coutent mes confessions , qu'ils gmissent de mes indignits , qu'ils rougissent de mes misres . Que chacun d'eux dcouvre son tour son cur au pied de ton trne avec la mme sincrit; et puis qu'un seul te dise , s'il l'ose , Je fus meilleur que cet homme-l.
150 - Bons dieux ! qu'il est pesant dans sa lgret ! Que ses petits crits ont de longues prfaces ; Ses fleurs sont des pavots, ses ris sont des grimaces; Que l'encens qu'il prodigue est plat et sans odeur ! C'est, si je veux l'en croire, un heureux petit-matre ; Mais, si j'en crois ses vers, ah ! qu'il est triste d'tre Ou sa matresse ou son lecteur...
115 - J'aimais alors toutes les femmes : Toujours brl de feux nouveaux, Je prtendais d'Hercule galer les travaux, Et sans cesse, auprs de ces dames, Etre l'heureux rival de cent heureux rivaux.
244 - O Parnasse, frmis de douleur et d'effroi! Pleurez , Muses ! brisez vos lyres immortelles ! Toi, dont il fatigua les cent voix et les ailes, Dis que Voltaire est mort, pleure, et repose-toi.