Du contrat social, ou, Principes du droit politique

M.-M. Rey, 1762 - 376
Ce petit trait est extrait d'un ouvrage plus tendu, entrepris autrefois sans avoir consult mes forces, et abandonn depuis longtemps. Des divers morceaux qu'on pouvait tirer de ce qui tait fait, celui-ci est le plus considrable, et m'a paru le moins indigne
 

 - 

.

-

92 - ... il faudrait une intelligence suprieure qui vt toutes les passions des hommes, et qui n'en prouvt aucune; qui n'et aucun rapport avec notre nature, et qui la connt fond; dont le bonheur ft indpendant de nous, et qui pourtant voult bien s'occuper du ntre; enfin, qui, dans le progrs des temps se mnageant une gloire loigne, pt travailler dans un sicle et jouir dans un autre *. Il faudrait des dieux pour donner des lois aux hommes.
240 - Telle tait la position de Sparte. Pour vous, peuples modernes, vous n'avez point d'esclaves, mais vous l'tes; vous payez leur libert de la vtre. Vous avez beau vanter cette prfrence, j'y trouve plus de lchet que d'humanit.
179 - ... avec honneur, au lieu que ceux qui parviennent dans les monarchies ne sont le plus souvent que de petits brouillons, de petits fripons , de petits intrigants , qui les petits talents , qui font dans les cours parvenir aux grandes places, ne servent qu' montrer au public leur ineptie aussitt qu'ils y sont parvenus.
351 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.
39 - En effet chaque individu peut, comme homme, avoir une volont particulire contraire ou dissemblable la volont gnrale qu'il a comme citoyen : son intrt particulier peut lui parler tout autrement que l'intrt commun...
235 - Les dputs du peuple ne sont donc ni ne peuvent tre ses reprsentants ; ils ne sont que ses commissaires ; ils ne peuvent rien conclure dfinitivement. Toute loi que le peuple en personne n'a pas ratifie est nulle ; ce n'est point une loi.
65 - Il importe donc, pour avoir bien l'nonc de la volont gnrale, qu'il n'y ait pas de socit partielle dans l'État, et que chaque citoyen n'opine que d'aprs lui: telle fut l'unique et sublime institution du grand Lycurgue.
267 - ... conforme ou non la volont gnrale qui est la leur : chacun en donnant son suffrage dit son avis l-dessus, et du calcul des voix se tire la dclaration de la volont gnrale. Quand donc l'avis contraire au mien l'emporte...
55 - Le souverain peut bien dire, Je veux actuellement ce que veut un tel homme, ou du moins ce qu'il dit vouloir; mais il ne peut pas dire, Ce que cet homme voudra demain, je le voudrai encore...
352 - Que si quelqu'un aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort; il a commis le plus grand des crimes, il a menti devant les lois.