Marie-Antoinette et sa famille, 282

 

 - 

.

-

510 - Ils veulent tout prix la rpublique, pour arriver, ils ont rsolu d'assassiner le roy ; il seroit ncessaire qu'un manifeste rendt l'assemble nationale et Paris responsables de ses jours et de ceux de sa famille. Malgr tous ces dangers , nous ne changerons pas de rsolution, vous devez y compter autant que je compte sur votre attachement. Je me plais croire que vous tes un homme dvou, et que je partage le sentiment qui vous attachoit ma mre.
272 - ... ajoute ce que son imagination lui a fait voir. C'est son plus grand dfaut et sur lequel il faut bien le corriger. Du reste, je le rpte, il est bon enfant, et avec de la sensibilit et en mme temps de la fermet, sans tre trop svre, on fera toujours de lui ce qu'on voudra.
250 - Neckcr pour le faire venir demain dix heures, chez moi ici. Il n'ya plus hsiter; si demain il peut se mettre la besogne,- c'est le mieux. Elle est bien urgente. Je tremble, passez-moi cette faiblesse, de ce que c'est moi qui le fais revenir. Mon sort est de porter malheur; et si des machinations infernales le font encore manquer ou qu'il fasse reculer l'autorit du roi, on m'en dtestera davantage.
39 - J'ai appris le malheur arriv Paris mon occasion, j'en suis pntr. On m'apporte ce que le roi m'envoie tous les mois pour mes menus plaisirs; je ne peux disposer que de cela, je vous l'envoie : secourez les plus malheureux. J'ai, Monsieur, beaucoup d'estime pour vous. (Sign) LOU1S-AUGUSTE. A Versailles, le 1
272 - Mon fils a quatre ans, quatre mois moins deux jours ; je ne parle pas ni de sa taille ni de son extrieur, il n'ya qu' le voir. Sa sant a toujours t bonne; mais, mme au berceau, on s'est aperu que ses nerfs taient trs dlicats et que le moindre bruit extraordinaire faisait effet sur lui. Il a t tardif pour ses premires dents, mais elles sont venues sans maladie ni accident.
18 - Aimez le roi votre aeul, inspirez ou renouvelez cet attachement ma fille ; soyez bon comme lui ; rendez-vous accessible aux malheureux. Il est impossible qu'en vous conduisant ainsi, vous n'ayez le bonheur en partage. Ma fille vous aimera, j'en suis sre, parce que je la connais ; mais, plus je vous rponds de son amour et de ses soins, plus je vous demande de lui vouer le plus tendre attachement. Adieu, mon cher Dauphin ; soyez heureux. Je suis baigne de larmes.
v - ... et profond qu' cet ge dj elle a su lui inspirer ! Malgr ses pleurs , au pril de sa jeune vie , on a persist les sparer. Ah ! comment avez-vous os, dans la fte du 10 aot, mettre sur les pierres de la Bastille des inscriptions qui...
403 - Pour moi, quoique trs-aristocrate, je ne puis m'empcher de regarder sa mort comme un trait .de la Providence sur ce royaume. Je ne crois pas que ce soit par des gens sans principes et sans murs que Dieu veuille nous sauver. Je garde cette opinion pour moi, parce qu'elle n'est pas politique 3 ; mais j'aime mieux mille fois celles qui sont religieuses.
535 - ... sur moi-mme. Ds que le Roi fut descendu de voiture , trois bourreaux l'entourrent, et voulurent lui ter ses habits. Mais il les repoussa avec fiert , et se dshabilla lui-mme.
241 - Elle s'affligeait souvent de sa position nouvelle , et la regardait comme un malheur qu'elle n'avait pu viter. Un jour que je l'aidais serrer des mmoires et des rapports que des ministres l'avaient charge de remettre au roi : Ah ! dit-elle en soupirant, il n'ya plus de bonheur pour moi depuis qu'ils m'ont jaite intrigante.