Mmoires ou Souvenirs et anecdotes, 1

 

 - 

.

-

23 - Consacrant tout notre temps la socit , aux ftes , aux plaisirs , aux devoirs peu assujettissants de la cour et des garnisons, nous jouissions la fois avec incurie et des avantages que nous avaient transmis les anciennes institutions , et de la libert que nous apportaient les nouvelles murs : ainsi ces deux rgimes flattaient galement, l'un notre vanit, l'autre nos penchants pour les plaisirs.
205 - Deux escadres sortent de deux ports opposs ; ou manuvre, on se rencontre, on se tire des coups de canon, on abat quelques mts , on dchire quelques voiles, on tue quelques hommes, on use beaucoup de poudre et de boulets ; puis chacune des deux armes se retire , prtendant tre...
149 - ... asservi et ensanglant le monde. Ce qui aiguillonnait encore notre vive impatience , c'tait la comparaison de notre situation prsente avec celle des Anglais. Montesquieu nous avait ouvert les yeux sur les avantages des institutions britanniques ; les communications entre les deux peuples taient devenues beaucoup plus frquentes ; la vie brillante , mais frivole , de notre noblesse , la cour et la ville, ne pouvait plus satisfaire notre amour-propre lorsque nous pensions la dignit,...
161 - Telle tait la singularit de ce sicle qu'au moment o l'incrdulit tait en vogue , o l'on regardait presque tous les liens comme des chanes , o la philosophie traitait de prjugs toutes les anciennes croyances et toutes les vieilles coutumes , une grande partie de ces jeunes et nouveaux sages s'engouait , les uns de la manie des illumins , des doctrines de Swedenborg, de Saint-Martin , de la communication possible entre les hommes et les esprits clestes, tandis que beaucoup...
23 - Pour nous , jeune noblesse franaise , sans regret pour le pass , sans inquitude pour l'avenir , nous marchions gament sur un tapis de fleurs qui nous cachait un abme. Rians frondeurs des modes anciennes , de l'orgueil fodal de nos pres et de leurs graves tiquettes , tout ce qui tait antique nous paraissait gnant et ridicule.
73 - Il rsultait de ce reste de nos vieilles coutumes une grande difficult pour maintenir une subordination complte entre des officiers, spars, il est vrai, par la hirarchie des grades, mais qui, en qualit de nobles, se regardaient tous comme gaux. Chacun respectait son chef la manuvre, la parade, dans les heures de service; mais en tout autre temps et partout ailleurs on voyait peu de traces de subordination. Revenus la ville ou la cour, il arrivait ncessairement qu'on...
197 - Revenu dans sa maison qu'on et dit alors transforme en palais par sa prsence , assis au milieu d'une sorte de conseil compos des philosophes, des crivains les plus hardis et les plus clbres de ce sicle , ses courtisans taient les hommes les plus marquans de toutes les classes , les trangers les plus distingus de tous les pays.
80 - Bon! repris-je, qu'import la dfense? en fait de folies, les plus courtes sont les meilleures; ce sera bientt fait. Marchons. Arrivs dans l'intrieur d'un bastion, nous quittmes , nos habits et nous tirmes nos pes. Comme mon adversaire tait ardent et leste, il s'lana sur moi, par un seul bond, si promptement que je n'eus pas le temps de parer ; je me sentis le ct frapp. Heureusement par imptuosit il avait manqu mon corps, et c'tait la garde de son glaive qui...
28 - Retrouvant dans nos chteaux , avec nos paysans, nos gardes et nos baillis, quelques vestiges de notre ancien pouvoir fodal; jouissant la cour et la ville des distinctions de la naissance; 'levs par notre nom seul aux grades suprieurs dans les camps. et libres dsormais de nous mler, sans faste et...
302 - ... qui s'offense de cette humiliation. Comment voulez-vous qu'on supporte l'ide de voir que le fils d'un magistrat respectable, d'un ngociant estim, d'un intendant de province, charg d'une des plus importantes branches de...