D'une religion national: ou du culte

P. Leroux, 1846 - 144
 

 - 

.


1
1
2
39
3
48
4
61
5
118
6
131

-

133 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
11 - C'est mal raisonner contre la religion, de rassembler dans un grand ouvrage une longue numration des maux qu'elle a produits, si l'on ne fait de mme celle des biens qu'elle a faits.
130 - De tous les auteurs chrtiens, le philosophe Hobbes est le seul qui ait bien vu le mal et le remde , qui ait os proposer de runir les deux ttes de l'aigle , et de tout ramener l'unit politique , sans laquelle jamais tat ni gouvernement ne sera bien constitu.
133 - Il ya donc une profession de foi purement civile dont il appartient au souverain de fixer les articles, non pas prcisment comme dogmes de religion, mais comme sentiments de sociabilit, sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle.
134 - L'existence de la divinit puissante, intelligente, bienfaisante, prvoyante et pourvoyante, la vie venir, le bonheur des justes, le chtiment des mchants, la saintet du contrat social et des lois, voil les dogmes positifs. Quant aux dogmes ngatifs, je les borne un seul, c'est l'intolrance : elle rentre dans les cultes que nous avons exclus.
10 - Dire que la religion n'est pas un motif rprimant, parce qu'elle ne rprime pas toujours, c'est dire que les lois civiles ne sont pas un motif rprimant non plus.
133 - Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'Etat quiconque ne les croit pas ; il peut le bannir, non comme impie, mais comme insociable, comme incapable d'aimer sincrement les lois, la justice, et d'immoler au besoin sa vie son devoir.
11 - Un prince qui aime la religion et qui la craint est un lion qui cde la main qui le flatte ou la voix qui l'apaise; celui qui craint la religion et qui la hait est comme les btes sauvages qui mordent la chane qui les empche de se jeter sur ceux qui passent; celui qui n'a point du tout de religion est cet animal terrible qui ne sent sa libert que lorsqu'il dchire et qu'il dvore.
133 - ... sans lesquels il est impossible d'tre bon citoyen ni sujet fidle. Sans pouvoir obliger personne les croire, il peut bannir de l'Etat quiconque ne les croit pas...
iv - ... nous sommes aujourd'hui dsign comme socialiste. Nous sommes socialiste sans doute, si l'on veut entendre par socialisme la doctrine qui ne sacrifiera aucun des termes de la formule: Libert, Fraternit, Egalit, mais qui les conciliera tous.