L'Ami de la religion: journal ecclsiastique, politique et littraire, 59

A. LeClere., 1829
 

 - 

.

-

273 - La pauvre mre poule qui, comme ses petits poussins, nous tient dessous ses ailes, a bien assez de peine de nous dfendre du milan, sans que nous nous entrebecquetions les uns les autres et que nous lui donnions des entorses. Enfin, quand les Rois et les Princes auront une mauvaise impression de leur Pre spirituel, comme s'il les voulait...
180 - Nous demandons la libert de conscience, la libert de la presse, la libert de l'ducation : et c'est l ce que demandent comme nous les catholiques belges, opprims par un gouvernement perscuteur 1.
273 - Je hais par inclination naturelle, par la condition de ma nourriture, par l'apprhension tire de mes ordinaires considrations, et, comme je pense, par l'inspiration cleste, toutes les contentions et disputes qui se font entre les catholiques, desquelles la fin est inutile, et encore plus celles desquelles les effets ne peuvent tre que dissensions et diffrends, mais surtout en ce temps plein d'esprits disposs aux controverses, aux mdisances, aux censures, et la ruine de la charit....
198 - ... que leurs sujets ne peuvent tre dispenss de la soumission et de l'obissance qu'ils leur doivent ou absous du serment de fidlit, et que cette doctrine, ncessaire pour la tranquillit publique et non moins avantageuse l'Eglise qu' l'Etat, doit. tre inviolablement suivie comme conforme la parole de Dieu, la tradition des saints Pres et aux exemples des Saints.
221 - L'ordre du jour est l'ouverture de la discussion du projet de loi relatif l'organisation des conseils d'arrondissement et de dpartement.
270 - Sapey fait le rapport de la commission qui a examin le projet de loi relatif au service de la poste dans toutes les communes , et propose l'adoption de ce projet.
65 - Dieu sous certaines conditions imprescriptibles, qui, refusant d'tre le ministre, le vicaire du Christ, se rvolte contre l'autorit de qui la sienne drive, perd tous ses titres l'obissance, et le peuple opprim peut et doit son tour, selon les lois de la socit spirituelle , user de la force pour dfendre son vrai souverain et se reconstituer chrtiennement.
34 - ... est la loi premire, la loi fondamentale, essentielle, de la socit. Quand donc le libralisme demande la libert , il demande l'ordre ; il demande ce que nul n'a le droit de refuser aux hommes , ce que Dieu lui-mme leur commande de vouloir et d'aimer. Mais cette libert que ses vux appellent, ses doctrines la repoussent, et, quoi qu'il fasse, elles conduisent les peuples une servitude invitable.
111 - ... et dont l'usage appartient au seul pontife ; le glaive matriel qui retranche le mal, et dont l'usage appartient au prince seul. Mais comme la force que ne dirigent point la justice et la vrit est elle-mme le plus grand mal, et ne peut tre qu'une cause de dsordre et de ruine, le glaive matriel est ncessairement subordonn au glaive spirituel, de mme que le corps doit tre subordonn la raison...
69 - ... qu'une scolastique mesquine et dgnre, dont la scheresse rebute les lves, et qui ne leur donne aucune ide de l'ensemble de la religion, ni de ses rapports merveilleux avec tout ce qui intresse l'homme, avec tout ce qui peut tre l'objet de sa pense.