Mmoires d'un temoin de la rvolution, ou, Journal des faits qui se sont passs sous ses yeux, et qui ont prpar et fix la constitution franaise: ouvrage posthume, 2

Levrault, Schoell et cnie, 1804 - 997
 

 - 

.

-

49 - France ne souffrira pas qu'on abuse le meilleur des rois, et qu'on l'carte, par des vues sinistres, du noble plan qu'il a lui-mme trac. Vous nous avez appels pour fixer, de concert avec vous, la constitution, pour oprer la rgnration du royaume : l'assemble nationale vient vous dclarer solennellement que vos vux seront accomplis, que vos promesses ne seront point vaines, que les piges, les difficults, les terreurs ne retarderont point sa marche, n'intimideront point son courage.
166 - Le chef de la nation vient avec confiance au milieu de ses reprsentants leur tmoigner sa peine et les inviter trouver les moyens de ramener l'ordre et le calme. Je sais qu'on a donn d'injustes prventions, je sais qu'on a os publier que vos personnes n'taient pas en sret.
9 - ... de vouloir bien employer pour le rtablissement de l'ordre les moyens infaillibles de la clmence et de la bont, si naturels son cur, et de la confiance que son bon peuple mritera toujours.
41 - Que sa majest soit supplie trs-respectueusement de rassurer ses fidles sujets , en donnant les ordres ncessaires pour la cessation immdiate de ces mesures galement inutiles , dangereuses et alarmantes , et pour le prompt renvoi des troupes et du train d'artillerie aux lieux d'o on les a tirs. Et attendu qu'il peut tre...
97 - Majest; sur quoi l'Assemble nationale, interprte des sentiments de la nation, dclare que M. Necker ainsi que les autres ministres qui viennent d'tre loigns emportent avec eux son estime et ses regrets; dclare qu'effraye des suites funestes que peut entraner la rponse du roi , elle ne cessera d'insister sur l'loignement des troupes extraordinairement assembles prs de Paris et de Versailles et sur l'tablissement des gardes bourgeoises ; dclare de nouveau qu'il ne peut...
44 - Vous venez , Messieurs , d'entendre le rsultat de mes dispositions et de mes vues ; elles sont conformes au vif dsir que j'ai d'oprer le bien public ; et si , par une fatalit loin de ma pense, vous m'abandonniez dans une si belle entreprise, seul , je ferai le bien de mes peuples ; seul , je me considrerai comme leur vritable reprsentant...
169 - L'assemble nationale m'a ordonn de rappeler dans ce moment quelques-uns de ses derniers arrts, auxquels elle attache la plus grande importance. Elle supplie Votre Majest de rtablir dans ce moment la communication libre entre Paris et Versailles , et dans tous les temps une communication libre et immdiate entre elle et Votre Majest.
128 - Paris : il n'est pas possible de croire que les ordres qui ont t donns aux troupes en soient la cause. Vous savez la rponse que j'ai faite voire prcdente dputation ; je n'ai rien y ajouter.
158 - Versailles , sous mes yeux et sous ceux des tats gnraux ; il est ncessaire que je fasse usage des moyens qui sont en ma puissance, pour remettre et maintenir l'ordre dans la capitale et dans les environs. C'est un de mes...
284 - ... poste bien gard , et objet de respect pour tous les citoyens; je jugeai donc le prisonnier parfaitement en sret ; je ne doutais pas que les flots de cette tempte ne finissent par se calmer, et je partis. Je dois dire que dans ces commencemens et jusqu' l'tablissement de la municipalit provisoire , c'est--dire, vers le milieu d'octobre , aucun pouvoir n'tant ni connu, ni limit , nous avions fait, M.