Esquisses historiques des principaux vnemens de la rvolution franaise: depuis la convocation des États-gnraux jusqu'au rtablissement de la maison de Bourbon, 1

Baudouin frres, 1823
 

 - 

.

-

71 - Allez dire votre matre que nous sommes ici par la volont du peuple et que nous n'en sortirons que par la force des baonnettes.
44 - La dette de l'État , dj immense mon avnement au trne , s'est encore accrue sous mon rgne : une guerre dispendieuse , mais honorable , en a t la cause ; l'augmentation des impts en a t la suite ncessaire , et a rendu plus sensible leur ingale rpartition. Une inquitude gnrale...
367 - Roi ; de maintenir de tout notre pouvoir la constitution dcrte par l'Assemble Nationale et accepte par le Roi ; de protger, conformment aux lois, la sret des personnes et des proprits, la...
68 - J'ai voulu aussi, Messieurs, vous faire remettre sous les yeux les diffrens bienfaits que j'accorde mes peuples. Ce n'est pas pour circonscrire votre zle dans le cercle que je vais tracer; car j'adopterai avec plaisir toute autre vue de bien public qui sera propose par les ÉtatsGnraux.
54 - Dclare, l'unanimit des suffrages, consentir provisoirement pour la nation, que les impts et contributions, quoique illgalement tablis et perus, continuent d'tre levs de la mme manire qu'ils l'ont t prcdemment, et ce. jusqu'au jour seulement de la premire sparation de cette assemble, de quelque cause qu'elle puisse provenir; Pass lequel jour...
69 - Je vous ordonne, Messieurs, de vous sparer tout de suite, et de vous rendre demain matin chacun dans les Chambres affectes votre ordre, pour y reprendre vos sances. J'ordonne, en consquence, au grand-matre des crmonies de faire prparer les salles.
67 - Je dois au bien commun de mon royaume, je me dois moimme de faire cesser ces funestes divisions. C'est dans cette rsolution, Messieurs, que je vous rassemble de nouveau autour de moi. C'est comme le pre commun de tous mes sujets, c'est comme le dfenseur des lois de mon royaume que je viens vous en retracer le vritable esprit et rprimer les atteintes qui ont pu y tre portes.
367 - ... Je jure de veiller avec soin sur les fidles de la paroisse qui m'est confie, d'tre fidle la nation, la loi et au roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la constitution dcrte par l'Assemble Nationale et accepte par le roi.
249 - Ce ne sont point seulement des brigands qui, main arme , veulent s'enrichir au sein des calamits ; dans plusieurs provinces le peuple tout entier forme une espce de ligue pour dtruire les chteaux, pour ravager les terres, et surtout pour s'emparer des chartriers , o les titres des proprits fodales sont en dpt. Il cherche secouer enfin un joug qui depuis tant de sicles pse sur sa...
90 - États-Gnraux ; il est ncessaire que je fasse usage des moyens qui sont en ma puissance, pour remettre et maintenir l'ordre dans la capitale et dans les environs. C'est un de mes...