Penses philosophiques de M. de Voltaire, ou tableau encyclopdique des connaissances humaines: contenant l'esprit, principes, maximes, caractres, portraits, &c, 2

 

 - 

.

275 - C'est peuttre le seul de tous les hommes, et jusqu'ici le seul de tous les rois, qui ait vcu sans faiblesse : il a port toutes les vertus des hros un excs o elles sont aussi dangereuses que les vices opposs.
181 - Relies d'un demi-dieu , dont peine je puis Egaler le grand nom , tout vainqueur que j'en fuis.
276 - ... sans laquelle on n'a jamais vu de conqurant. Avant la bataille et aprs la victoire il n'avait que de la modestie ; aprs la dfaite , que de la fermet : dur pour les autres comme pour lui-mme, comptant pour rien la peine et la vie de ses sujets aussi bien que la sienne ; homme unique plutt que grand homme , admirable plutt qu' imiter. Sa vie doit apprendre aux rois combien un gouvernement pacifique et heureux est au-dessus de tant de gloire.
190 - Le public de tous les temps et de toutes les nations, toujours juste la longue , ne juge les grands hommes que par leurs bons ouvrages, et non par ce qu'ils ont fait de mdiocre ou de mauvais. Les belles...
150 - Il n'ya dans la nature humaine qu'une douzaine tout au plus de caractres vraiment comiques et marqus de grands traits.
32 - Le mot esprit, quand il signifie une qualit de l'me, est un de ces termes vagues auxquels tous ceux qui les prononcent attachent presque toujours des sens diffrents : il exprime autre chose que jugement, gnie, got, talent, pntration, tendue, grce, finesse, et il doit tenir de tous ces mrites ; on pourrait le dfinir: raison ingnieuse.
33 - Ce qu'on appelle esprit est tantt une comparaison nouvelle, tantt une allusion fine : ici l'abus d'un mot qu'on prsente dans un sens, et qu'on laisse entendre dans un autre ; l un rapport dlicat entre deux ides peu communes...
117 - Voltaire, ce que nous avons de meilleur, qui louent ce que nous avons de plus mauvais, et qui font de la noble profession des lettres un mtier aussi lche et aussi mprisable qu'eux.
224 - IX paraissait un prince destin rformer l'Europe, si elle avait pu l'tre, rendre la France triomphante et police, et tre en tout le modle des hommes. Sa pit, qui tait celle d'un anachorte, ne lui ta aucune vertu de roi...
177 - Quoique j'aie os y trouver des dfauts, j'oserais dire ici Corneille : Je souscris l'avis de ceux qui mettent cette pice au-dessus de tous vos autres ouvrages; je suis frapp de la noblesse, des sentiments vrais, de la force, de l'loquence, des grands traits de cette tragdie.