uvres de La Harpe ... accompagnes d'une notice sur sa vie et sur ses ouvrages ...

 

 - 

.

-

161 - II vous faut est fort bon!... mon moulin est moi... Tout aussi bien, au moins, que la Prusse est au roi. Allons, ton dernier mot, bonhomme, et prends-y garde ! Faut-il vous parler clair ? Oui. C'est que je le [garde : Voil mon dernier mot.
161 - Il lorgna du voisin le modeste hritage : On avait fait des plans fort beaux sur le papier, O le chtif enclos se perdait tout entier. Il fallait, sans cela, renoncer la vue, Rtrcir la faade et courber l'avenue. Des btiments royaux l'ordinaire intendant Fit venir le meunier, et d'un ton important : II nous faut ton moulin : que veux-tu qu'on t'en donne ? Rien du tout ; car j'entends ne le vendre personne.
161 - Ce refus effront Avec un grand scandale au prince est racont. Il mande auprs de lui le meunier indocile, Presse, .flatte, promet ; ce fut peine inutile. Sans-Souci s'obstinait. Entendez la raison, Sire ; je ne peux pas vous vendre ma maison : Mon vieux pre y mourut, mon fils y vient de natre ; C'est mon Potsdam moi.
160 - Fort bien achaland, grce son caractre, Le moulin prit le nom de son propritaire ; Et des hameaux voisins les filles, les garons Allaient Sans-Souci pour danser aux chansons. Sans-Souci !... Ce doux nom, d'un favorable augure, Devait plaire aux amis des dogmes d'Épicure.
162 - Les rois malaisment souffrent qu'on leur rsiste. Frdric, un moment par l'humeur emport : Parbleu! de ton moulin c'est bien tre entt; Je suis bon de vouloir t'engager le vendre : Sais-tu que, sans payer, je pourrais bien le prendre? Je suis le matre!
57 - ... des gens de guerre, des exactions du fisc, de l'avidit de la chicane; il ne respira que pour lui, et son nom est arriv jusqu' nous, charg des bndictions de tous les ges, comme pour apprendre aux princes que l'amour pour le peuple est la grande et la premire vertu des rois.
45 - Pour vous, Monsieur, qui, en calomniant mes intentions et mes motifs, m'avez forc de vous traiter avec une duret que la nature n'a mise ni dans mon esprit, ni dans mon cur; vous que je ne provoquai jamais, avec qui la guerre ne pouvait tre ni utile ni honorable; vous que je plains sincrement d'avoir pu descendre jusqu' prostituer votre plume, dj trop avilie, servir la cupidit de ceux-l...
80 - Snque, dont il a dcor le frontispice de ses divisions. Plus juste, M. de Buffon aurait profit des recherches de ce savant laborieux. Ils vcurent ennemis, parce que chacun regarda l'autre comme pouvant porter quelque atteinte sa gloire. Aujourd'hui que l'on voit combien ces craintes taient vaines, qu'il me soit permis, moi leur admirateur et leur pangyriste, de rapprocher, de rconcilier ici leurs noms, sr qu'ils ne me dsavoueraient pas euxmmes s'ils pouvaient tre rendus...
22 - Germait l'ame d'un sage et le cur d'un hros , Jeune Brunswick ! Autour de ces foyers antiques , Dont l'honneur et la foi sont les dieux domestiques , Tu n'avais qu' choisir un modle ton gr : D'exemples immortels je te vois entour. Ferdinand...
236 - Partagez ma couronne, Le prix de ma valeur; Je la tiens de Bellone : Tenez-la de mon cur. Cruelle dpartie! Malheureux jour ! C'est trop peu d'une vie Pour tant d'amour.