L'aigle et l'aiglon, Napoleon I. und sein Sohn: der Lebensroman eines Enterbten : ein Zeit- und Lebensbild in drei Abschnitten nach bisher wenig bekannten Quellen, in ganz neuer Beleuchtung

H. Schmidt & C. Gnther, 1901 - 279
 

 - 

.

164 - En rompant ainsi la convention qui l'avait tabli l'le d'Elbe, Bonaparte dtruit le seul titre lgal auquel son existence se trouvait attache. En reparaissant en France, avec des projets de troubles et de bouleversements, il s'est priv lui-mme de la protection des lois, et a manifest, la face de l'Univers, qu'il ne saurait y avoir ni paix, ni trve avec lui.
263 - Je recommande mon fils de ne jamais oublier qu'il est n prince franais, et de ne jamais se prter tre un instrument entre les mains des triumvirs qui oppriment les peuples de l'Europe. Il ne doit jamais combattre ni nuire en aucune manire la France. Il doit adopter ma devise : Tout pour le peuple franais . 5 Je meurs prmaturment, assassin par l'oligarchie anglaise et son sicaire.
164 - Les puissances qui ont sign le trait de Paris, runies en congrs Vienne, informes de l'vasion de Napolon Bonaparte et de son entre main arme en France , doivent leur propre dignit et l'intrt de l'ordre social une dclaration solennelle des sentiments que cet vnement leur a fait prouver.
106 - Avec vous et les braves qui me sont rests fidles, j'aurais pu entretenir la guerre civile pendant trois ans; mais la France et t malheureuse, ce qui tait contraire au but que je me suis propos. Soyez fidles au nouveau roi que la France s'est choisi ; n'abandonnez pas notre chre patrie, trop longtemps malheureuse!
252 - Attach prs de moi par un zle sincre, Tu me contais alors l'histoire de mon pre. Tu sais combien mon me , attentive ta voix, S'chauffait au rcit de ses nobles exploits...
70 - Couronne, le baron de la Bouillerie et le trsor. Ne quittez pas mon fils, et rappelez-vous que je prfrerais le savoir dans la Seine plutt que dans les mains des ennemis de la France.
70 - Conformment aux instructions verbales que je vous ai donnes, et l'esprit de toutes mes lettres, vous ne devez pas permettre que, dans aucun cas, l'impratrice et le roi de Rome tombent entre les mains de l'ennemi...
239 - Je viens de recevoir ce matin une lettre date du 17, dont je ne comprends ni le retard ni le contenu, et dont je puis peine dchiffrer la signature. Je suppose que c'est la main d'une dame ; les lois de la biensance m'imposent de rpondre. Vous concevez que ce n'est ni en archiduc autrichien ni en prince franais, pour me servir des termes de cette lettre, que je veux la recevoir, mais l'honneur me prescrit de vous faire connatre, Madame, que je n'ai pas reu les deux premires dont...