Critique philosophique, 2

1873
 

 - 

.


-

3 - Les clauses de ce contrat sont tellement dtermines par la nature de l'acte, que la moindre modification les rendrait vaines et de nul effet; en sorte que, bien qu'elles n'aient peut-tre jamais t formellement nonces, elles sont partout les mmes, partout tacitement admises et reconnues...
371 - ... il est rellement de trop sur la terre. Au grand banquet de la nature, il n'ya point de couvert mis pour lui. La nature lui commande de s'en aller, et elle ne tarde pas mettre elle-mme cet ordre excution . M.
380 - Les lois, dans la signification la plus tendue, sont les rapports ncessaires qui drivent de la nature des choses; et, dans ce sens, tous les tres ont leurs lois : la divinit a ses lois, le monde matriel a ses lois, les intelligences suprieures l'homme ont leurs lois, les btes ont leurs lois, l'homme a ses lois.
381 - Avant qu'il y et des tres intelligents ils taient possibles : ils avaient donc des rapports possibles, et par consquent des lois possibles. Avant qu'il y et des lois faites , il y avait des rapports de justice possibles. Dire qu'il n'ya rie...
130 - Quand on dit, par exemple, que la loi ne peut pas aller contre le droit naturel, on emploie le mot droit dans un sens suprieur la loi : on reconnat un droit qui attaque la loi, qui la renverse et l'annule.
381 - Dieu a du rapport avec l'univers comme crateur et comme conservateur; les lois selon lesquelles il a cr sont celles selon lesquelles il conserve. Il agit selon ces rgles parce qu'il les connot; il les connot parce qu'il les a faites ; il les a faites parce qu'elles ont du rapport avec sa sagesse et sa puissance.
220 - Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie ternelle, et je le ressusciterai au dernier jour : car ma chair est vritablement une nourriture,et mon sang est vritablement un breuvage.
157 - Nous n'aurons encore que du mouvement, et un mouvement, quel qu'il soit, rotatoire, ondulatoire, ou tout autre, ne ressemble en rien la sensation de l'amer, du jaune, du froid ou de la douleur. Nous ne pouvons convertir aucune des deux conceptions en l'autre...
381 - Il serait absurde de dire que le Crateur, sans ces rgles, pourrait gouverner le monde, puisque le monde ne subsisterait pas sans elles. Ces rgles sont un rapport constamment tabli. Entre un corps m et un autre corps m, c'est suivant les rapports de la masse et de la vitesse que tous les mouvements sont reus, augments, diminus, perdus: chaque diversit est uniformit, chaque changement est constance.
319 - De l une objection ternelle contre le dogmatisme des partis conservateurs, un gauchissement sans remde de la conscience, une secrte perversion du jugement. Des misrables, honnis par tous les gens comme il faut, sont devenus des saints. Il ne serait pas bon que les dmentis de cette sorte fussent frquents. Le salut de la socit veut que ses sentences ne soient pas trop souvent rformes. Depuis la condamnation de Jsus, depuis que les martyrs se sont trouvs avoir eu gain de cause...