Analyse et examen de l'Antiquit dvoile, du Despotisme oriental, & du Christianisme dvoil, ouvrages posthumes de Boullanger

 

 - 

.

-

313 - Que si quelqu'un aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort; il a commis le plus grand des crimes, il a menti devant les lois.
289 - Nous voyons donc la socit humaine appuye sur ces fondements inbranlables; un mme Dieu , un mme objet , une mme fin , une origine commune, un mme sang, un mme intrt, un besoin mutuel , tant pour les affaires que pour la douceur de la vie.
271 - C'est pourquoi Dieu prend en sa protection tous les gouvernements lgitimes, en quelque forme qu'ils soient tablis; qui entreprend de les renverser n'est pas seulement ennemi public, mais encore ennemi de Dieu.
294 - ... places et les armes ; lui les dcrets et les ordonnances ; lui les marques de distinction; nulle puissance que dpendante de la sienne; nulle assemble que par son autorit. C'est ainsi que pour le bien d'un Etat, on en runit en un toute la force. Mettre la force hors de l, c'est diviser l'Etat; c'est ruiner la paix publique; c'est faire deux matres...
93 - Monarques l'abus injufle de leur pouvoir, les mifcrcs de leurs iujets, les pleurs des opprimes; trop timide, ou trop bon courtifan, pour faire tonner la vrit dans leurs oreilles, il ne leur parle point de ces vexations multiplies fous lefquelles les nations...
270 - ... capables de porter les hommes toujours avides de nouveauts , toujours jaloux de l'indpendance , aux excs les plus criminels. Vouloir intervertir l'ordre tabli, n'eftce pas lever l'tendart de la rvolte?
363 - ... rien ne s'explique , c avec laquelle tous les tems , tous les langages , toutes les allgories. , tous les faits fe dveloppent, fe cafent, s'expliquent avec une certitude & une vidence...
115 - Philofophe en un clin-d'ail, fur les grands chemins, ofe-t-il dcider du ton le plus dogmatique, que le dluge n'a pas t une punition d'en haut, qu'il n'a t qu'une crife, une effervefcence, une fermentation, une fivre de la nature
114 - M talit envers les trangers , ces crimes leur attirrent les chtiments du ciel ; tout d'un coup il fortit de la terre une prodigieufe quantit d'eau. Il tomba beaucoup de pluie; les rivires fe d...
312 - On prou.' v trait au premier t que jamais État ne fut fond que la Religion ne lui fervt de bafe ; & au fcond , que la loi Chrtienne ejl au fond plus nuijible qu'utile la forte conjlitution de l'État.