Oeuvres de Rulhire, de l'Acadmie franaise, 2

Mnard et Desenne fils, 1819
 

 - 

.

-

419 - Le pauvre en sa cabane, o le chaume le couvre, Est sujet ses lois ; Et la garde qui veille aux barrires du Louvre N'en dfend pas nos rois.
334 - Mon mdecin me dfend de vous voir. Et parmi cent vertus, cette unique faiblesse Dans un triste abandon rduisit sa vieillesse. Au sortir d'un sermon la fivre le saisit , Las d'avoir cout sans avoir contredit; Et, tout prs d'expirer, gardant son caractre, II lesait disputer le prtre et le notaire. Que la bont divine, arbitre de son sort, Lui donne le repos que nous rendit sa mort...
25 - ... remontrances, de la prosprit aux craintes d'une ruine gnrale, et d'un respectueux silence sur la religion des querelles importantes et dplorables... Il tait difficile que les hommes de lettres conservassent le ton de la louange sans se dgrader... On craignit leurs opinions, on craignit leur socit, on calomnia les lettres auprs du gouvernement, on chercha les rendre odieuses et suspectes... Ce fut alors que s'leva parmi nous ce que nous avons nomm l'empire de l'opinion...
333 - II savait mieux que vous, o, contre qui, comment. Vous seul en auriez eu toute la renomme, N'importe, il vous citait ses lettres de l'arme; Et , Richelieu prsent , il aurait racont Ou Gnes dfendue , ou Mahon emport.
443 - Rhulire fit sur-le-champ, aprs avoir admir sa Diane. Oui, c'est Diane, et mon il enchant Dsire dans sa course atteindre la desse, Et mes regards devancent sa vitesse. Aucun habillement ne voile sa beaut. Mais son effroi lui rend sa chastet. On aurait dans Ephse ador ton ouvrage, Rival de Phidias, ingnieux Houdon, A moins que les dvots, en voyant ton image, N'eussent craint le sort d'Acton.
433 - Oh 1 oh! dit un des magistrats, Ce chat prend-il la compagnie Pour conseil tenu par les rats? Non, reprit son voisin tout bas, C'est qu'il a flair la bouillie Que l'on fait ici pour les chats.
82 - ... qu'ils n'osaient pressentir. Ami de tous les arts, ne doutant pas que l'esprit humain, ne parvienne au plus haut degr o la perfectibilit puisse atteindre , accoutum chercher le bien jusque dans les erreurs du sicle prsent, il annonce en France et dans toute l'Europe le retour de la libert par l'excs mme de la dette publique ; il dit que les besoins du fisc sont les vrais prcepteurs des Rois, et qu'envisags d'un il juste, ils deviendront un jour les protecteurs de la...
266 - Marius mme soutint mal sa rputation. Le snat , craignant enfin les suites de cette guerre, se relcha en faveur des allis qui n'avoient pas encore pris les armes , ou qui offrirent les premiers de les quitter. Par cette conduite, il jeta la dfiance parmi les peuples confdrs , qui, se flattant d'obtenir sparment de meilleures conditions , traitrent chacun en particulier. Les Samnites furent les seuls qui ne posrent pas les armes.
22 - Aristote aux Euripide, les Snque aux Trence, les Galile aux Tasse, les Locke aux Milton. Mais le temps o une nation est claire par cette brillante aurore des sciences, avant que les lettres soient penches vers leur dclin, n'est-il pas un de ses plus beaux ges? Est-il dans l'univers un spectacle plus digne d'admiration que cette ravissante saison des pays septentrionaux, qui, pendant sa...