Mmoires

 

 - 

.

-

176 - Le Temps a laiss son manteau Le temps a laissi son manteau De vent de froidure et de pluye, Et s'est vestu de broderye De souleil raiant, cler et beau.
xcii - Chaque ouvrage portera en tte une devise qui sera rpte sur un billet cachet , contenant le nom et le domicile de l'auteur.
17 - Sa fiert, sa beaut, sa jeunesse agrable, Le fit chrir de vous, mais il fut redoutable A vos haineux, aux siens par sa dextrit. Courtisans qui jetez vos ddaigneuses vues Sur ce chien dlaiss , mort de faim par les rues , Attendez ce loyer de la fidlit.
230 - Jamais, nul temps nous ne sommes assis ; Puis a, puis l, comme le vent varie, A son plaisir sans cesser nous charrie, Plus becquets d'oiseaux que ds coudre. Ne soyez donc de notre confrrie ; Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre...
59 - L'ge insensiblement nous conduit la mort. Nous avons assez vu sur la mer de ce monde Errer au gr des flots notre nef vagabonde; II est temps de jouir des dlices du port. Le bien de la fortune est...
8 - Ottomans dont l'me est si hardie Aiment mieux Cypre ou la belle Candie, Que vos dserts presque toujours glacez; Et l'Allemand, qui les guerres demande, Vous ddaignant, court la terre flamande, O ses labeurs sont mieux rcompensez.
9 - Rosette, pour un peu d'absence, Votre cur vous avez chang, Et moi, sachant cette inconstance, Le mien, autre part, j'ai rang; Jamais plus beaut si lgre Sur moi tant de pouvoir n'aura : Nous verrons, volage bergre, Qui, premier, s'en repentira.
49 - un bon pote n'est pas plus utile l'État qu'un bon joueur de quilles...
45 - C'est alors que ses cris en tonnerre s'clatent, Ses soupirs se font vents qui les chnes combattent, Et ses pleurs qui tantt descendaient mollement Ressemblent un torrent qui des hautes montagnes Ravageant et noyant les voisines campagnes, Veut que tout l'univers ne soit qu'un lment.
228 - Tous mes cinq sens : yeulx, oreilles et bouche, Le nez, et vous, le sensitif aussi ; Tous mes membres ou il...