Guizot collection of pamphlets, 24

1839
 

 - 

.

-

18 - Il connat la sagesse humaine, toujours courte par quelque endroit; il l'clair, il tend ses vues, et puis il l'abandonne ses ignorances : il l'aveugle, il la prcipite, il la confond par elle-mme : elle s'enveloppe, elle s'embarrasse, dans ses propres subtilits, et ses prcautions lui sont un pige.
20 - Ils font plus ou moins qu'ils ne pensent , et leurs conseils n'ont jamais manqu d'avoir des effets imprvus. Ni ils ne sont matres des dispositions que les sicles passs ont mises dans les affaires ; ni ils ne peuvent prvoir le cours que prendra l'avenir loin qu'ils le puissent forcer. Celui-l seul tient tout en sa main , qui sait le nom de ce qui est et de ce qui n'est pas encore ; qui prside tous les temps, et prvient tous les conseils.
38 - Prendre part en toute occasion aux affaires et dmls quelconques de l'Europe, et surtout ceux de l'Allemagne, qui, plus rapproche, intresse plus directement.
20 - En un mot, il n'ya point de puissance humaine qui ne serve malgr elle d'autres desseins que les siens. Dieu seul sait tout rduire sa volont. C'esT: pourquoi tout est surprenant, ne regarder que les causes particulires, et nanmoins tout s'avance avec une suite rgle.
18 - L'Egypte, autrefois si sage, marche enivre, tourdie et chancelante, parce que le Seigneur a rpandu l'esprit de vertige dans ses conseils ; elle ne sait plus ce qu'elle fait, elle est perdue. Mais que les hommes ne s'y trompent pas : Dieu redresse quand il lui plat le sens gar...
39 - Perse, tablir des chantiers sur la mer Noire, s'emparer peu peu de cette mer, ainsi que de la Baltique, ce qui est un double point ncessaire la russite du projet ; hter la dcadence de la Perse; pntrer jusqu'au golfe Persique; rtablir, si c'est possible, par la Syrie, l'ancien commerce du Levant, et avancer jusqu'aux Indes, qui sont l'entrept du monde. Une fois l, on pourra se passer de l'or de l'Angleterre.
38 - Appeler par tous les moyens possibles, de chez les peuples les plus instruits de l'Europe, des capitaines pendant la guerre et des savants pendant la paix, pour faire profiter la nation russe des avantages des autres pays sans lui faire rien perdre des siens propres.
18 - Veut-il faire des conqurants? il fait marcher l'pouvante devant eux, et il inspire eux et leurs soldats une hardiesse invincible. Veut-il faire des lgislateurs? il leur envoie son esprit de sagesse et de prvoyance ; il leur fait prvenir les maux qui menacent les États et poser les fondements de la tranquillit publique.
20 - Alexandre ne croyait pas travailler pour ses capitaines , ni ruiner sa maison par ses conqutes. Quand Brutus inspirait au peuple romain un amour immense de la libert, il ne songeait pas qu'il jetait dans les esprits le principe de cette licence effrne , par laquelle la tyrannie qu'il voulait dtruire devait tre un jour rtablie plus dure que sous lesTarquins.
19 - Mais que les hommes ne s'y trompent pas : Dieu redresse quand il lui plat le sens gar ; et celui qui insultait l'aveuglement des autres tombe lui-mme dans des tnbres plus paisses, sans qu'il faille souvent autre chose, pour lui renverser le sens, que ses longues prosprits.