Des tudes et de l'enseignement des Jsuites l'poque de leur suppression, 1750-1773

Poussielgue-Rusand, 1853 - 296
 

 - 

.

-

14 - ... l'explication du fait suivant. Lorsque les jsuites entrrent en Allemagne, ils y trouvrent de grands thologiens qui, avec un invincible courage , faisaient victorieusement front toutes les attaques des prtendus rformateurs ; comment donc est-il arriv lorsque, par une disposition particulire de la Providence divine, ils durent quitter cette mme Allemagne, qu'ils n'en aient pas laiss un seul aprs eux? Depuis le seizime sicle, c'est--dire depuis que les jsuites y...
212 - Pape, ou son premier ministre, que, touchant l'affaire des Jsuites, ma rsolution est prise de les conserver dans mes États , tels qu'ils ont t jusqu'ici. J'ai garanti au trait de Breslaw in statu quo la religion catholique, et je ,n'ai jamais trouv de meilleurs prtres tous gards.
212 - Je ne vois en eux que des gens de lettres qu'on aurait bien de la peine remplacer pour l'ducation de la jeunesse. C'est cet objet prcieux qui me les rend ncessaires, parce que de tout le clerg catholique du pays , il n'ya qu'eux qui s'appliquent aux lettres ; aussi n'aura pas de moi un Jsuite qui voudra', tant trs-intress les conserver.
190 - MM. de l'Acadmie plusieurs observations astronomiques, et d'autres savants ce que je trouve de plus curieux et de plus important dans l'histoire chinoise et dans la vieille astronomie de cette nation. Mais, dans le fond, je ne fais tout cela que par obissance et contre-cur, et j'abandonne tout cela avec plaisir pour baptiser, confesser et communier, et surtout pour instruire les fidles et les Gentils.
263 - Chalotais, qui porta l'ignorance ou l'aveuglement jusqu' dire, dans son Rquisitoire , que les Jsuites n'avaient pas produit de mathmaticiens. Je faisais alors la table de mon Astronomie ; j'y mis un article sur les Jsuites astronomes ; le nombre m'tonna. J'eus occasion de voir La Chalotais Saintes , le 20 octobre 1773; je lui reprochai son injustice , il en convint ; il fut assassin le 20 juillet 1774 (1).
202 - ... soit dans l'ducation de la jeunesse, laquelle ils consacraient leurs veilles et leurs talents, soit dans l'uvre sublime et laborieuse des missions, qui tait le principal objet de leur Institut; que le Clerg ne cessera de former des vux pour leur rtablissement1... Je r1...
204 - Ils avoient su tablir entre leurs coliers de diffrentes fortunes une sorte de patronage qui tournoit au profit des sciences. Ces liens, forms dans l'ge o le cur s'ouvre aux sentiments gnreux, ne se...
71 - C'est merveille combien de part ce colliege tient en la Chretiant; et croi qu'il ne fut jamais confrrie et cors parmi nous qui tint un tel ranc, ny qui produisit enfin des effaicts tels que fairont ceus ici, si leurs desseins continuent. Ils possdent tantost toute la chretiant : c'est une ppinire de grands homes en toute sorte de grandur. C'est celui de nos mambres qui menasse le plus les haeretiques de notre tamps.
72 - Le collge dePultusk comptait quatre cents lves , tous de la noblesse '. L'impulsion gnrale qui tait dans l'esprit du temps , l'enseignement des Jsuites , le zle rcemment rveill dans tout le clerg , les faveurs de la cour, tout concourut disposer la noblesse polonaise rentrer dans le sein de l'Église.