Rapport sur l'tat de L'instruction publique dans quelques pays de l'Allemagne, et particulirement en Prusse

F.G. Levrault, 1833 - 431
 

 - 

.

-

141 - ... des savants sans lumires gnrales , des procureurs et des avocats au lieu de jurisconsultes, je ne pourrais indiquer un meilleur moyen , pour arriver ce beau rsultat , que la dissmination et l'isolement des facults... Hlas ! nous avons une vingtaine de misrables facults parpilles sur la surface de la France sans aucun vrai foyer de lumires...
163 - Ces deux mots sont la Prusse tout entire ; ils contiennent le secret de son originalit comme nation, de sa puissance comme État, et le germe de son avenir; ils expriment, mon gr, les deux bases de la vraie civilisation, qui se compose la fois de lumires et de force.
27 - ... dedans comme au dehors,; et l'on ne peut nier que de tous les moyens d'ordre intrieur, le plus puissant ne soit l'instruction gnrale. C'est une sorte de conscription intellectuelle et morale. Au reste ceci, M.
33 - Aussi doivent-ils s'appliquer, pendant tout le cours de leur vie, rgler leur conduite publique et prive de manire difier tous ceux qui les voient ou les entendent , et leur offrir un modle de pit, de probit et de dignit morale. Le matre d'cole ne doit pas se contenter de remplir fidlement ses devoirs ; il doit encore chercher obtenir partout l'estime et la confiance...
2 - Partout, dans les moindres villages, j'ai rencontr des bandes d'enfants de l'ge le plus tendre , la plupart appartenant aux dernires classes du peuple, sans bas et sans souliers, avec la blouse bleue et le ceinturon de cuir, et sous le bras une ardoise et un livre de lecture, Lesebuch.
33 - Le pasteur et le matre d'cole n'ont qu'un seul et mme but dans la commune qui leur est confie ; seulement chacun d'eux remplit ce but sa manire. Le matre d'cole est sous la surveillance du pasteur : il faut qu'il le regarde comme un suprieur auquel il doit montrer un juste respect; il faut qu'il prenne ses conseils, qu'il recherche ses avertissemens.
164 - ... en ge d'aller l'cole), seront obligs de leur faire donner une instruction convenable, depuis leur septime anne' jusqu' l'ge de quatorze ans accomplis. Le matre d'cole jugera si un enfant est en tat par sa prcocit d'entrer l'cole avant cet ge, et le comit de surveillance de l'cole, Schulvorstand'' , en accordera l'autorisation.
254 - M. le Ministre, pour penser qu'il puisse y avoir de vraie instruction populaire sans morale, de morale populaire sans religion et de religion sans un culte. Le christianisme doit tre la base de l'instruction du peuple : il ne faut pas craindre de professer hautement cette maxime ; elle est aussi politique qu'elle est honnte. Nous baptisons d'abord nos...
141 - M. le ministre , de substituer ces pauvres facults de provinces, partout languissantes et mourantes , de grands centres scientifiques, rares mais bien placs, qui renvoient au loin une forte lumire, quelques universits compltes , comme en Allemagne , c'est--dire , nos cinq facults runies , se prtant l'une l'autre un mutuel appui , de mutuelles lumires, un mutuel mouvement.
96 - Ce sont l les bases de toutes les universits de l'Europe : il faut les transporter parmi nous ; il faut par l vivifier les provinces et ajouter au mouvement que nos institutions communales et dpartementales rpandront , j'espre, en crant de grands centres d'activit intellectuelle et morale , des foyers de lumire semblables ceux qui clairent toutes les parties de l'Allemagne. Je ne dveloppe ici aucune de ces ides, sur lesquelles j'aurai souvent occasion de revenir et d'insister....