Mmoires politiques et anecdotiques, indits, depuis 1743 jusqu'en 1789; tr. par m. Zinmann

 

 - 

.

237 - J'avoue que l'ducation de ce fils me tient si fort cur, et vous m'tes si ncessaire, que peut-tre je vous presse trop. Pardonnez mon indiscrtion en faveur de la cause, et soyez assur que c'est l'estime qui m'a rendue si intresse. Sign : CATHERINE. Dans toute cette lettre je n'ai employ que les sentiments que j'ai trouvs dans vos ouvrages; vous ne voudriez pas vous contredire.
273 - J'ai prvu que je serais seul combattre contre les abus de tout genre, contre les efforts de ceux qui gagnent ces abus ; contre la foule des prjugs qui s'opposent toute rforme, et qui sont un moyen si puissant dans les mains des gens intresss terniser le dsordre. J'aurai lutter mme contre la bont naturelle, contre la gnrosit de Votre Majest et des personnes qui lui sont les plus chres.
262 - Tout ce que je vois jette les semences d'une rvolution qui arrivera immanquablement, et dont je n'aurai pas le plaisir d'tre tmoin. Les Franais arrivent tard tout, mais enfin ils arrivent. La lumire s'est tellement rpandue de proche en proche, qu'on clatera la premire occasion; et alors ce sera un beau tapage. Les jeunes gens sont bien heureux; ils verront de belles choses.
389 - Tous les autres disoient aussi que le trait toit entirement rompu : on fit mme courir le bruit parmi le peuple que la reine d'Angleterre conseilloit la Reine de ne point renvoyer le cardinal , pour rendre suspects tous ceux qui pourroient tre envoys.
32 - La marquise a bien des appas, Ses traits sont vifs, ses grces franches, Et les fleurs naissent sous ses pas, Mais, hlas! ce sont des fleurs blanches.
367 - J'ai donn ma pice au public pour l'amuser et non pour l'instruire, non pour offrir des bgueules mitiges le plaisir d'en aller penser du bien en petite loge condition d'en dire du mal en socit.
347 - Si j'ai partag avec toute l'Europe vos regrets, madame, sur la perte de cet homme incomparable , vous vous tes mise en droit de participer la reconnaissance que je dois ses crits. Je suis sans doute trs-sensible l'estime et la confiance que vous me marquez ; il m'est bien flatteur de voir qu'elles sont hrditaires dans votre famille. La noblesse de vos procds vous est caution de mes sentiments votre gard. J'ai charg M. Grimm de vous en remettre quelques faibles...
236 - ... faire le bien que vous avez cur. Votre philosophie est fonde sur l'humanit : permettez-moi de vous dire que de ne point se prter la servir tandis qu'on le peut , c'est manquer son but. Je vous sais trop honnte homme pour attribuer vos refus la vanit...
292 - caf, lui dit -il gaiment; il ne m'empchera pas de dormir. En allant au supplice il disait encore au pre Bosquier : Ce qui me fait le plus de peine < en ce jour, c'est d'apercevoir aux croises M des gens que je croyais mes amis.
237 - ... qui peuvent dpendre de moi ; et peut-tre vous trouverez plus de libert et de repos que chez vous. Vous ne vous prtez point aux instances du Roi de Prusse, et la reconnaissance que vous lui devez ; mais ce prince n'a pas de fils.