(XI, 390 p., [1] h. lám.)

 

 - 

.


76 - Je sais qu'on a donn d'injustes prventions ; je sais qu'on a os publier que vos personnes n'taient pas en sret. Serait-il donc ncessaire de vous rassurer sur des bruits aussi coupables, dmentis d'avance par mon caractre connu? Eh bien ! c'est moi qui ne suis qu'un avec ma nation, c'est moi qui me fie vous!
209 - Sous nos drapeaux, que la victoire Accoure tes mles accents; Que tes ennemis expirants Voient ton triomphe et notre gloire!
118 - Ne professons tous, compter de ce jour, ne professons tous, je vous en donne l'exemple, qu'une seule opinion, qu'un seul intrt, qu'une seule volont, l'attachement la constitution nouvelle et le dsir ardent de la paix...
112 - Que tous les biens ecclsiastiques sont la disposition de la nation, la charge de pourvoir, d'une manire convenable, aux frais du culte, l'entretien de ses ministres, et au soulagement des pauvres, sous la surveillance et d'aprs les instructions des provinces ; 2...
180 - France est d'avoir combattre ses enfants et ses allis, je ferai connatre l'Europe la justice de notre cause ; le peuple franais la soutiendra par son courage et la Nation verra que je n'ai point d'autres intrts que les siens et que je regarderai toujours le maintien de sa dignit et de sa sret comme le plus essentiel de mes devoirs.
117 - Vous qui pouvez influer par tant de moyens sur la confiance publique, clairez sur ses vritables intrts le peuple qu'on gare, ce bon peuple qui m'est si cher, et dont on m'assure que je suis aim, quand on veut me consoler de mes peines.
222 - Mais j'ai t appel deux fois au conseil de celui qui fut mon matre, dans le temps que cette fonction tait ambitionne par tout le monde; je lui dois le mme service, lorsque c'est une fonction que bien des gens trouvent dangereuse.
209 - Entendez-vous dans les campagnes Mugir ces froces soldats ? Ils viennent jusque dans vos bras Egorger vos fils, vos compagnes ! Aux armes, citoyens ! formez vos bataillons, Marchons ! ... qu'un sang impur abreuve nos sillons.
233 - ... du 10 aot. Je ne viens point contester cette gloire ceux qui se la sont dcerne; je n'attaque point les motifs de l'insurrection, je n'attaque point ses effets : je dis seulement que puisque l'insurrection a exist, et bien antrieurement au 10 d'aot, qu'elle est certaine, qu'elle est avoue, il est impossible que Louis soit l'agresseur,
119 - Je jure de veiller avec soin sur les fidles du diocse ou de la paroisse qui m'est confie, d'tre fidle la Nation, la Loi et au Roi, et de maintenir de tout mon pouvoir la Constitution dcrte par l'Assemble Nationale et accepte par le Roi.