uvres de La Harpe ... accompagnes d'une notice sur sa vie et sur ses ouvrages ...

 

 - 

.

-

310 - Fidle l'amant qu'elle adore, Sa fille tombe ses genoux : Ah ! que plutt votre colre Termine des jours 'de douleur ! Ma vie appartient mon pre , A Lautrec appartient mon cur. LE vieillard, pour qui la vengeance A plus de charmes que l'amour, Fait charger de chanes Clmence , Et l'enferme dans une tour : Lautrec , que menaait sa rage , Vient gmir au pied du donjon , Comme l'oiseau prs de la cage O sa compagne est en prison.
37 - C'est peu qu'en un ouvrage o les fautes fourmillent Des traits d'esprit sems de temps en temps ptillent : -^ II faut que chaque chose y soit mise en son lieu ; Que le dbut, la fin, rpondent au milieu...
203 - Trois cents personnes ont dn la comdie dans les loges des acteurs, pour tre plus sres d'avoir des places, et l'ouverture des bureaux la presse a t si grande que trois personnes ont t touffes.
32 - Ira-t-il, descendu de ces hauteurs sublimes, De vingt noms roturiers dshonorer ses rimes, Et, pour nous renonant au musc du parfumeur, Des choux qui l'ont nourri lui prfrer l'odeur? Papillon en rabat, coiff d'une aurole, Dont le manteau pliss voltige au gr d'Éole, C'est assez qu'il effleure en ses lgers propos Les bosquets et la rose, et Vnus et Paphos.
38 - L'arbre qu'on a plant rit plus notre vue Que le parc de Versaille et sa vaste tendue. Le Normand Fontenelle, au milieu de Paris', Prta" des agrments au chalumeau champtre; Mais il vantait des soins qu'il craignait de connatre, Et de ses faux bergers il fit de beaux esprits. Je veux que le cur parle, ou que l'auteur se taise; Ne clbrons jamais que ce que nous aimons. En fait de sentiment l'art n'a rien qui nous plaise: Ou chantez vos plaisirs , ou quittez vos chansons; Ce sont...
309 - A Toulouse il fut une belle ; Clmence Isaure tait son nom : Le beau Lautrec brla pour elle, Et de sa foi reut le don. Mais leurs parents trop inflexibles S'opposaient leurs tendres feux : Ainsi toujours les curs sensibles Sont ns pour tre malheureux. Alphonse, le pre d'Isaure, Veut lui donner un autre poux; Fidle l'amant qu'elle adore, Sa fille tombe ses 'genoux : Ah ! que plutt...
66 - Son commerce est un esclavage, sa tyrannie est dcouvert : elle ne daigne pas la colorer des apparences de l'amiti. Elle dit ingnument qu'elle a le malheur de ne pouvoir se passer des personnes dont elle ne se soucie point. Effectivement, elle le prouve. On la voit apprendre avec indiffrence la mort de ceux qui lui faisaient verser des larmes lorsqu'ils se trouvaient un quart d'heure trop tard une partie de jeu ou de promenade.
311 - Sur ses pas Lautrec revient vite : A peine est-il sur le glacis, Qu'il voit des Toulousains l'lite Fuyant devant les ennemis. Un seul vieillard rsiste encore : Lautrec court lui servir d'appui ; C'tait le vieux pre d'Isaure. Lautrec est bless prs de lui. Hlas ! sa blessure est mortelle. H sauve Alphonse, et va prir.
310 - L'glantine est la fleur que j'aime , La violette est ma couleur; Dans le souci tu vois l'emblme Des chagrins de mon triste cur. Ces trois fleurs que ma bouche presse Seront humides de mes pleurs ; Qu'elles te rappellent sans cesse Et nos amours et nos douleurs. Elle dit, et par la fentre Jette les fleurs son amant ; Alphonse qui vient paratre , Le force de fuir tout tremblant.
100 - D'avoir hant la comdie, Un pnitent , un bon chrtien , S'accusait et promettait bien De n'y retourner de sa vie. Voyons, lui dit le confesseur : C'est le plaisir qui fait l'offense. Que donnait-on ? Le Dserteur. Vous le lirez pour pnitence.