Annales de philosophie chrtienne

Roger et Chernoviz, 1864
 

 - 

.

-

149 - J'entends ceci, et je n'entends pas cela; et sur ce seul fondement on approuve et on rejette tout ce qu'on veut, sans songer qu'outre nos ides claires et distinctes, il y en a de confuses et de gnrales qui ne laissent pas d'enfermer des vrits si essentielles, qu'on renverserait tout en les niant. Il s'introduit, sous ce prtexte, une libert de juger, qui fait que, sans gard la tradition, on avance tmrairement tout ce qu'on pense...
433 - ... notre volont ne se portant suivre ni fuir aucune chose que selon que notre entendement la lui reprsente bonne ou mauvaise, il suffit de bien juger pour bien faire, et de juger le mieux qu'on puisse pour faire aussi tout son mieux, c'est--dire pour acqurir toutes les vertus, et ensemble tous les autres biens qu'on puisse acqurir; et, lorsqu'on est certain que cela est, on ne saurait manquer d'tre content.
147 - ... consquences qu'on en tire contre les dogmes que nos pres ont tenus la vont rendre odieuse, et feront perdre l'Église tout le fruit qu'elle en pouvait esprer pour tablir dans l'esprit des philosophes la divinit et l'immortalit de l'me. De ces mmes principes mal entendus un autre inconvnient terrible gagne insensiblement les esprits. Car, sous prtexte qu'il ne faut admettre que ce qu'on entend clairement ce qui, rduit ...
436 - ... moins que font les mouvements d'une horloge, ou autre automate, de celle de ses contre-poids et de ses roues ; en sorte qu'il ne faut point leur occasion concevoir en elle aucune autre me vgtative ni sensitive , ni aucun autre principe de mouvement et de vie , que son sang et ses esprits agits par la chaleur du feu qui brle continuellement dans son cur , et qui n'est point d'autre nature que tous les feux qui sont dans les corps inanims.
149 - ... distinctement sont toutes vraies , n'est assur qu' cause que Dieu est ou existe, et qu'il est un tre parfait, et que tout ce qui est en nous vient de lui : d'o il suit que nos ides ou notions tant des choses relles et qui viennent de Dieu, en tout ce en quoi elles sont claires et distinctes, ne peuvent en cela tre que vraies.
144 - ... jugements ni avoir assez de patience pour conduire par ordre toutes leurs penses : d'o vient que, s'ils avaient une fois pris la libert de douter des principes qu'ils ont reus et de s'carter du chemin commun, jamais ils ne pourraient tenir le...
112 - Quant aux hommes semblables moi, dont les passions ont dtruit pour toujours l'originelle simplicit, qui ne peuvent plus se nourrir...
436 - ... dans l'organe du sens commun et de l'imagination; la rtention ou l'empreinte de ces ides dans la mmoire ; les mouvements intrieurs des apptits et des passions ; et enfin les mouvements extrieurs de tous les membres qui suivent si propos, tant des actions des objets qui se prsentent aux sens que des passions et des impressions qui se rencontrent dans la mmoire...
435 - Je dsire que vous considriez aprs cela, que toutes les fonctions que j'ai attribues cette machine, comme la digestion des viandes, le battement du cur et des artres, la nourriture et la croissance des membres, la respiration, la veille et le sommeil; la rception de la lumire, des sons, des odeurs, des gots, de la chaleur et de telles autres qualits dans les organes des sens extrieurs, l'impression de leurs ides dans l'organe du sens commun et de l'imagination; la rtention...
114 - Le mensonge n'est un vice que quand il fait du mal : c'est une trs grande vertu quand il fait du bien. Soyez donc plus vertueux que jamais. Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours.