L'art potique

University Press, 1907 - 104
 

 - 

.

-

16 - II n'est point de serpent ni de monstre odieux, Qui, par l'art imit, ne puisse plaire aux yeux : D'un pinceau dlicat l'artifice agrable Du plus affreux objet fait un objet aimable.
5 - Enfin Malherbe vint, et, le premier en France, Fit sentir dans les vers une juste cadence, D'un mot mis en sa place enseigna le pouvoir, Et rduisit la muse aux rgles du devoir. Par ce sage crivain la langue rpare N'offrit plus rien de rude l'oreille pure. Les stances avec grce apprirent tomber, Et le vers sur le vers n'osa plus enjamber.
62 - TRAGEDY, as it was anciently composed, hath been ever held the gravest, moralest, and most profitable of all other poems ; therefore said by Aristotle to be of power, by raising pity, and fear, or terror, to purge the mind of those and such like passions, that is, to temper and reduce them to just measure with a kind of delight, stirred up by reading or seeing those passions well imitated.
xxx - Could all this be forgotten ? Yes, a schism Nurtured by foppery and barbarism, Made great Apollo blush for this his land. Men were thought wise who could not understand His glories : with a puling infant's force They sway'd about upon a rocking-horse, And thought it Pegasus.
33 - Je sais qu'un noble esprit peut, sans honte et sans crime, Tirer de son travail un tribut lgitime ; Mais je ne puis souffrir ces auteurs renomms, Qui, dgots de gloire et d'argent affams, Mettent leur Apollon aux gages d'un libraire Et font d'un art divin un mtier mercenaire.
3 - Au mpris du bon sens, le burlesque effront Trompa les yeux d'abord, plut par sa nouveaut : On ne vit plus en vers que pointes triviales; Le Parnasse parla le langage des halles : La licence rimer alors n'eut plus de frein ; Apollon travesti devint un Tabarin.
31 - Faites choix d'un censeur solide et salutaire Que la raison conduise et le savoir claire, Et dont le crayon sr d'abord aille chercher L'endroit que l'on sent faible, et qu'on se veut cacher, Lui seul claircira vos doutes ridicules, De votre esprit tremblant lvera les scrupules.
1 - C'est en vain qu'au Parnasse un tmraire auteur Pense de l'art des vers atteindre la hauteur : S'il ne sent point du ciel l'influence secrte, Si son astre en naissant ne l'a form pote, Dans son gnie troit il est toujours captif; Pour lui Phbus est sourd , et Pgase est rtif.
5 - Ronsard, qui le suivit, par une autre mthode, Rglant tout, brouilla tout, fit un art sa mode, Et toutefois longtemps eut un heureux destin. Mais sa muse, en franais parlant grec et latin, Vit dans l'ge suivant, par un retour grotesque, Tomber de ses grands mots le faste pdantesque.
2 - Aimez donc la raison : que toujours vos crits Empruntent d'elle seule et leur lustre et leur prix.