Mmoires d'un tmoin de la Rvolution ou Journal des faits qui se sont passs sous ses yeux et qui ont prpar et fix la Constitution franaise: Tome troisime. III, 2

Levrault, 1804 - 335
 

 - 

.

-

241 - Arrte que tous les membres de cette assemble prteront l'instant le serment solennel de ne jamais se sparer et de se rassembler partout o les circonstances l',exigeront , jusqu' ce que la constitution du royaume soit tablie et affermie...
272 - Monsieur, l'Assemblee s'est ajourne aprs la sance royale ; je ne puis la sparer sans qu'elle en ait dlibr. Est-ce l votre rponse, et puis-je en faire part au roi? Oui, Monsieur.
268 - J'ai voulu aussi , messieurs , vous faire remettre sous les yeux les diffrents bienfaits que j'accorde mes peuples. Ce n'est pas pour circonscrire votre zle dans le cercle que je vais tracer; car j'adopterai avec plaisir toute autre vue de bien public qui sera propose par les tats gnraux.
276 - ... toutes personnes qui prteraient leur ministre aucun desdits attentats, de quelque part qu'ils fussent ordonns, sont infmes et tratres envers la nation, et coupables de crime capital.
234 - Je n'ai reu encore aucun ordre du roi, monsieur, pour la sance royale, ni pour la suspension des assembles ; et mon devoir est de me rendre celle que j'ai indique pour ce matin huit heures.
265 - Messieurs, je croyais avoir fait tout ce qui tait en mon pouvoir pour le bien de mes peuples, lorsque j'avais pris la rsolution de vous rassembler ; lorsque j'avais surmont toutes les difficults dont votre convocation tait entoure ; lorsque j'tais all, pour ainsi dire, au-devant des vux de la nation, en manifestant l'avance ce que je voulais faire pour son bonheur.
148 - Pntrs des mmes devoirs que vous , touchs jusqu'aux larmes des malheurs publics, nous vous prions , nous vous conjurons de vous runir nous dans la salle commune , pour aviser aux moyens de remdier ces malheurs.
265 - Etats-Gnraux sont ouverts depuis prs de deux mois et ils n'ont point encore pu s'entendre sur les prliminaires de leurs oprations. Une parfaite intelligence aurait d natre du seul amour de la patrie , et une funeste division jette l'alarme dans tous les esprits. Je veux le croire , et j'aime le penser, les Franais ne sont pas changs ; mais pour viter de faire...
50 - ... approuver ni blmer le journal. Elle rclame en ce que cet acte du Conseil porte atteinte la libert publique, au moment o elle est la plus prcieuse la nation ; En ce qu'il...
270 - Rflchissez, Messieurs, qu'aucun de vos projets, aucune de vos dispositions ne peut avoir force de loi sans mon approbation spciale.