La politique compare de Montesquieu, Rousseau et Voltaire

Socit franais d'imprimerie et de librairie, 1902 - 297
 

 - 

.

-

96 - Le premier qui ayant enclos un terrain s'avisa de dire Ceci est moi, et trouva des gens assez simples pour le croire, fut le vrai fondateur de la socit civile. Que de crimes, de guerres, de meurtres, que de misres et d'horreurs n'et point pargns au genre humain celui qui, arrachant les pieux ou. comblant le foss, et cri ses semblables : Gardez-vous d'couter cet imposteur ; vous tes perdus si vous oubliez que les fruits sont tous, et que la terre n'est personne...
188 - Que si quelqu'un, aprs avoir reconnu publiquement ces mmes dogmes, se conduit comme ne les croyant pas, qu'il soit puni de mort ; il a commis le plus grand des crimes : il a menti devant les lois.
282 - La libre communication des penses et des opinions est un des droits les plus prcieux de l'homme : tout citoyen peut donc parler, crire, imprimer librement, sauf rpondre de l'abus de cette libert dans les cas dtermins par la loi.
283 - Nul homme ne peut tre accus, arrt ni dtenu que dans les cas dtermins par la Loi, et selon les formes qu'elle a prescrites.
54 - Lorsque dans la mme personne ou dans le mme corps de magistrature la puissance lgislative est runie la puissance excutrice, il n'ya point de libert, parce qu'on peut craindre que le mme monarque ou le mme snat ne fasse des lois tyranniques pour les excuter tyranniquement.
59 - Or, le souverain, n'tant form que des particuliers qui le composent, n'a ni ne peut avoir d'intrt contraire au leur ; par consquent, la puissance souveraine n'a nul besoin de garant envers les sujets, parce qu'il est impossible que le corps veuille nuire tous ses membres ; et nous verrons ci-aprs qu'il ne peut nuire aucun en particulier. Le souverain, par cela seul qu'il est, est toujours ce qu'il doit tre.
68 - Je dis donc que la souverainet, n'tant que l'exercice de la volont gnrale, ne peut jamais s'aliner, et que le souverain , qui n'est qu'un tre collectif, ne peut tre reprsent que par lui-mme : le pouvoir peut bien se transmettre, mais non pas la volont.
15 - La libert politique dans un citoyen est cette tranquillit d'esprit qui provient de l'opinion que chacun a de sa sret; et, pour qu'on ait cette libert, il faut que le gouvernement soit tel qu'un citoyen ne puisse pas craindre un autre citoyen.
19 - Trouver une forme d'association qui dfende et protge de toute la force commune la personne et les biens de chaque associ, et par laquelle chacun, s'unissant tous, n'obisse pourtant qu' lui-mme, et reste aussi libre qu'auparavant!
19 - Ces clauses, bien entendues, se rduisent toutes une' seule : savoir, l'alination totale de chaque associ avec tous ses droits toute la communaut : car, premirement, chacun se donnant tout entier, la condition est gale pour tous ; et la condition tant gale pour tous, nul n'a intrt de la rendre onreuse aux autres.