Google YouTube Gmail Drive »
 
" L'attrait que son chant avait pour moi fut tel que non seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire, mais qu'il m'en revient mme, aujourd'hui que je l'ai perdue, qui, totalement oublies depuis mon enfance, se retracent... "
Collection complte des uvres de J.J. Rousseau: Les confessions - 16
Jean-Jacques Rousseau - 1782
-

Collection complete des uvres de J.J. Rousseau, 19

Jean-Jacques Rousseau - 1782
...moi fut tel que non-feulement plufieurs de fes chanfons me font toujours reftes dans la mmoire 5 mais qu'il m'en revient mme, aujourd'hui que je...vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer. -Oiroit-on-^ue moi , vieux radoteur , rong de foucis & de peines, je me furprends quelquefois ...
-

Les confessions de J. J. Rousseau: suivies des Reveries du ..., 1

Jean-Jacques Rousseau - 1782
...non-feulement plufieurs de fes chanfons me font toujours reftes dans la mmoire; mais L iv fc Ë t 19 qu'il m'en revient mme , aujourd'hui que je l'ai...vieillis , avec un charme que je ne puis exprimer. Diroit - on que moi , vieux radoteur , rong de foucis & de peines , je me furprends quelquefois ...
-

Les confessions de J.J. Rousseau, 1

Jean-Jacques Rousseau - 1798
...chant avait pour moi fut tel, que non seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire, mais qu'il m'en revient mme, aujourd'hui...perdue, qui , totalement oublies depuis mon enfance , se retracent mesure que je vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer. Diraiton que moi,...
-

Les confessions: suivies de Rveries du promeneur solitaire, 1

Jean-Jacques Rousseau - 1791
...Penvironnoit la rverie & la triftefle. L'attrait que fon chant avoit pour moi fut tel, que non -feulement plufieurs de fes chanfons me font toujours reftes...l'ai perdue , qui totalement oublies depuis mon enfonce , fe retracen> mefure que je vieillis, avecuu charme que je ne puis exprimer. Dtroit-on...
-

uvres: Les confessions

Jean-Jacques Rousseau - 1817
...chant avoitpour moi fut tel, que non seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire , mais qu'il m'en revient mme,...perdue, qui, totalement oublies depuis mon enfance , se retracent , mesure que je vieillis , avec un charme que je ne puis exprimer. Diroit-on que...
-

Confessions

Jean-Jacques Rousseau - 1817
...chant avoitpour moi fut tel, que non seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la. mmoire, mais qu'il m'en revient mme,...perdue, qui, totalement oublies depuis mon enfance, se retracent , mesure que je vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer. Diroit-on que moi,...
-

Oeuvres compltes de J. J. Rousseau: mises dans un nouvel ordre, avec des ...

Jean-Jacques Rousseau - 1824
...chant avait pour moi fut tel, qile non- seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire, mais qu'il m'en revient mme, aujourd'hui...perdue, qui, totalement oublies depuis mon enfance, se retracent mesure que je vieillis , avec un charme que je ne puis exprimer. Dirait-on que moi,...
-

Oeuvres compltes, 11

Jean-Jacques Rousseau - 1832
...chant avoit pour moi fut tel , que non seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire , mais qu'il m'en revient mme ,...perdue , qui , totalement oublies depuis mon enfance , se retracent , mesure que je vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer. Diroit-on que moi,...
-

Les confessions

Jean-Jacques Rousseau - 1846 - : 547
...chant avait pour moi fut tel, que non-seulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire, mais qu'il m'en revient mme, aujourd'hui...perdue, qui, totalement oublies depuis mon enfance, se retracent mesure que je vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer. Dirait-on que moi,...
-

Les confessions. Discours. Politique

Jean-Jacques Rousseau - 1852
...chant avoit pour moi fut tel , que nonseulement plusieurs de ses chansons me sont toujours restes dans la mmoire , mais qu'il m'en revient mme,...que je l'ai perdue, qui, totalement oublies depuis mou enfance, se retracent mesure que je vieillis, avec un charme que je ne puis exprimer. Diroif-on...
-




  1. PDF