صور الصفحة
PDF
النشر الإلكتروني

Au

camp

N° 114. - DECLARATION sur la vérification au parlement de

Paris de la publication des édits , declarations, et lettres-patentes (1).

Paris, 20 mai 1597, reg. au parl. le lendemain. (Vol. TT. fo 20. ) N° 115. — Edit de création des offices de jurés-vendeurs de

bestiaux dans tous les lieux il y a des marchés , avec attribution des mêmes droits dont jouissent les jurés-vendeurs à Paris.

Paris, juin 1597. (Traité de la pol., liv.5, tit. 20, p. 1244.) N° 116. - Lettres d'établissement d'une manufacture de

crisial à Melun (2). d'Amiens, août 1597, reg.au parl. le 13. (Vol. TT., fo 59.) Henry, etc. Comme chacun sait assez quel bien, profit et utidité est provenu à tous les royaumes et républiques par le moyen des arts et sciences, seul fondement de leurs richesses et embellissemens, et combien les hommes qui par leur long estude , diligence et expérience les ont inventés et iutroduits ont esté recognus, honorés et récompensés d'un si louable labeur, afin que, tant par leur técoignage que par la prospérité de leurs mérites, les autres fussent poussés «l'un même désir à rechercher, à leur exemple, non seulement la perfection des premières inventions, mais encore à trouver, avec plus baule contemplation, plus hautes et plus belles choses non cognues à l'antiquité, pour s'acquérir par là une honorable louange, ainsi qu'ont fait nos chersel bien amés Jacques et Vincent Sarrode frères, et Horace Ponte, leur neveu, gentilshommes, en l'art et science de verrerie. Lesquels ayant cydevant et depuis long-temps tenu les fournaulx et verreries de cristal en nos villes de Lyon et Nevers, ont acquis depuis telle réputation en la perfection de leurs ouvrages que la plupart des verres dudit cristal duquel on s'est servi, en nostre cour et suite et partout nostre royaume ont esté apportés desdites villes de Lyon et Nevers; mais d'autant qu'en les allant quérir si loing la dépense qui se fait à les apporter les rend beaucoup plus chers :

(1) Cette déclaration attribue à la grand'chambre du parlement exclusivement aux autres, le soin de vérifier et publier les édits et ordonnances.

(2) V. les lettres-patentes de Henri II , juin 1551, qui accordent à un Italien le privilége exclusif de fabriquer pendant dix ans des verreries à la façon de Venise.

Sur ce que lesdits Sarrode et Ponte nous ont fait dire que s'il nous plaisoit leur permettre de dresser une verrerie en postre ville de Melun , ils y déployeroient volontiers le plus beau et exquis de leur art et science, et y feroient des ouvraiges par le mojen desquels nostre ville de Paris, capitale de nostre royaume, seroit grandement accomodée, «t y seroient lesdils verres à meilleur marché qu'ils ne le sont pour le peu de distance qu'il y a de l'une à l'autre et la commodité de les transporter par la rivière;

Scavoir faisons que nous mettant en considération la grande expérience desdits de Sarroile et Ponte audit art et science de verrerie, et le fruit et utilité qui en reviendra en nostre ville de Paris et au public,

(1) Nous leur avons, de nostre grâce spéciale , pleine puissance et autorité royale, permis, octroyé et accordé, permettons, octroyons et accordons, par privilége particulier, par ces présentes, qu'ils puissent tenir en nostredite ville de Melun une verrerie de cristal et y faire construire un fourneau, et y faire par eux et leurs ouvriers dudit art des verres de cristal et telles autres choses qu'ils aviseront dépendantes dudit art, pour le service et usage tant de nostre cour et suitte que des habitans de nostre ville de Paris et de tous autres qui en voudront acheter; (2) Pour

par

lesdits Sarrode et Ponte tenir en nostredite ville de Melun ladite verrerie aux mêmes droits, honneurs, privileges, immunités, libertés et exemplions, tant pour eux que pour leurs serviteurs et marchands, vendeurs en gros et détail menans et conduisans ladite marchandise de verrerie et matière dont est composé le verre par eau et par terre en la même sorte et manière qu'ils ont bien et duement joui et usé par le passé et sans fraude en nos villes de Lyon et Nevers, jouissent et usent, encore à présent, suivant la confirmation de leurs privileges que nous et nos prédécesseurs roys leur en avons successivement accordé: la copie desquels priviléges vérifiés en nostre cour de parlement, chambre de nos comptes et cours des aides à Paris, esi ey-ilta chée sons le contre-scel de nostre chancellerie sans qu'il soit besoin de les spécifier ny déclarer par ces présentes ,

(3) Par lesquelles afin que lesdits Sarrode et Ponte puissent mieux recueillir le fruit du labeur qu'ils employcroient en ladite verrerie, nous avons dit et déclaré, disons el déclarons, voulons et nous plaist qu'en nostre ville de Paris., ny a trenle lienes à la sonde d'icelle, il ne s'établira à l'avenir autre verrerie de cristal

que celle desdits Sarrode et Ponte; et où par inadvertance nous en accorderions le privilége à aucuns autres, nous l'avons, dès à présent, en faveur desdits Sarrode et Ponte révoqué et révoquons par ces dites présentes, n'entendant, toutefois, préjudicier aux verreries de Feugère et de Pierre qui se trouvent établies et s'établiront cy après es environs de nosdiles villes de Paris et Melun et ailleurs partont nostre royaume.

N° 119.

No 118. — DÉCLARATION sur les privileges du premier barbier

du roi (1). Au camp d'Amiens, 3 septembre 1597, reg. au grande conseil le 19. (Joly, I,

1329.) DÉCLARATION portant que les avocats et procureur si seront déchargés des pièces après 5 ans du jour de lour

ception (2). Saint-Germain, 11 décembre 1597 , reg. au parl. le 14 mars 1603. (Vol. X.,

f. 32. --Font. IV, 926. – Joly, I, 137.) Henry, etc. La communauté des advocats et procureurs de nostre parlement nous a humblement fait remonstrer que des leur jeunesse , estans nourris et élevés, en la discipline, correction et censure des meurs qui se faict en l'assemblée qu'ils font entre eux deux fois la semaine, et en l'exemple et sévérité de nostre justice publique, laquelle reluit et esclaire par tout le monde, la fidélité a toujours été si grande parmi eux, et la foy du dépost si saincte et inviolable, qu'au lieu qu'en la plus part des autres compagnies d'advocats el procureurs,

ils ne communiquent les uns aux autres les pièces de leurs parties, que soubs la seureté réciproque de leurs récépissez ou inventaires de communication, et qu'il se trouve encore ordinairement entr'eux des plainctes de la perte d'iceux; eux seuls entre tous sont en possession, depuis l'établissement de nostredicte cour de parlement, de se bailler de bonne foy les uns aux autres les pièces, tiltres, obligations, chartres, cédules, brevels et autres ensei

(1) V. ci-devant déclaration d’octobre 1593 et la note. -V, aussi les lettres de Charles VIII du 11 mars 1483. -Cette déclaration est purement confirmative.

(2) Aujourd'hui, d'après le Code civil (art: 2276), les juges et avoués sont déchargés des pièces, cinq ans après le jugement des procès , les huissiers , deux ans depuis l'exécution de la commission ou la signification des actes dont ils étaient chargés.

gnemens, de quelque poids et conséquence qu'elles soyent, sans autre seureté, inventaire, ne récépissé que de leur simple promesse verbale, sans qu'il soit mémoire que jamais il en soit advenuë perle, faule ou accident quelconque ;

Et combien qu'à plus forte raison l'on ne puisse présumer que pour lout le bien du monde, pas un d'eux voulust de mauvaise foy retenir ou intervertir les sacs, instances ou productions des parties, dont ils sont ch argez par leurs récépissez, ou sur les registres des huissiers ou autres, comnie aussi jusques à présent cela n'est jamais advenu; Toutefois d'autant que l'exercice de toutes autres actions, soyent personnelles, mixtes ou réelles se trouveut bornées, et le cours de leur vie limité par les prescriptions introduites par les lois et coustumes; et qu'au contraire la poursuite de la restitution desdits sacs et pièces, dont ils se trouveroient chargez, n'est point reiglée, bien que tous lesdits procès et instances soient de leur nature subjectes à estre péries, et estainctes par le seul silence et discontinuation des procédures de trois ans; et que les sacs et productions desdites parties soient subjectes à passer par tant de diverses mains, sçavoir est, des juges, des greffiers, des huissiers, des advocats et procureurs de toutes les parties qui sont en cause,

et de ceux qui interviennent, qu'il soit quasi impossible qu'auparavant le jugement ils puissent longuement croupir entre les mains des procureurs, ni pareillement des advocats; et après l'arrest donné outre qu'ils sont inutils , les parties sont assez diligentes de les faire retirer, ou pour la taxe de leurs dépens ou pour le recouvrement de leurs pièces.

Toutesfois, parce que lesdits exposans-sont le plus souvent forcez par contrainte rigoureuse et crainte des emprisonnemens qui leur sont faits, ou par les juges, ou par les huissiers, ou par la violence et importunité des parties ou solliciteurs, de rendre promptement lesdits sacs et pièces sans avoir les registres des autres huissiers sur lesquels ils en sont chargez pour faire rayer leurs noms, et n'ont moyen de retirer sur l'heure leurs récépissez, proposans de se faire incoutinent descharger, dont ils sont le plus souvent destournez pour l'occasion des affaires pressez et importans qui leur surviennent de moment en moment, soit parce qu'ils sont mandez aux chambres ou à la barre pardevant les commissaires, ou pour respondre aux significations importantes qui leur sont faictes par lesdits huissiers. Qui faict que par leur oubliance ou négligence de leurs clercs, ou des

solliciteurs, ou autres sur lesquels ils s'asseurent et reposent le plus souveni, encores que les sacs soient rendus et les procez jugez, ils se trouvent chargez, et en danger, par la malice des parties, d'être ruynez, ensemble leurs femmes et leurs enfans, et plus encores en ce tems que jamais, d'autant que la plus part desdits advocats et procureurs ayans été contraints pour nostre service, sortir de nostredicte ville de Paris , leurs maisons ont été abandonnées en proye à l'insolence des gens de guerre, garnisons et du menu peuple, qui les ont pillées et ravagées, et bruslé lesdicts procez, tiltres et enseignemens. Pour la restitution desquels, si l'action estoit indéfiniment receue, eux, leurs femmes et'enfans seroyent ruynez. Au moyen de quoy lesdits exposans nous auroient trèshumblement supplié et requis sur ce leur pourvoir dé remèdes convenables.

Pour ce est-il que nous désirans subvenir à nos subjects selon les occurences et l'exigence des cas, et aussi traicter favorablement lesdicts exposans en ce qu'il nous sera pos ible pour i'affection qu'ils ont tousjours démonstrée au zèle de nostre service et de la justice, et d'abondant exciter les parties à se rendre plus diligentes, à faire rendre leurs sacs et pièces, et les retirer quand leurs procez seront jugés; et par ce moyeu arrester le cours desdites poursuittes , à l'occasion desquelles lesdicts exposans, ny leurs femmes et enfans ne se peuvent asseurer du fruit de leurs labeurs, ayans aussi esgard que nostre cour de parlement a desjà limité le temps de la poursuite et recherche des sacs pour leur regard, et de leurs vefves et enfans, à trois ans, et donné plusieurs arrêts, tant en faveur desdits exposans, que procureurs de notre Chastelet et autres, par lesquels, auparavant les troubles, elle a limité le cours de ceste action, qui doit estre restraint, veu la misère et calamité des troubles.

A ces causes et autres à ce mouvans, Nous avons dict, statué, déclaré et ordonné, disons, statuons, déclarons et ordonnons par ces présentes, que d'oresnavant lesdicts advocats et procureurs de nostredicte cour de parlement à Paris, leurs vefves, enfans et héritiers et autres ayans droit d'eux, ne pourront estre poursuyvis, inquiétez, ny recherchez directement ny indirectement, soit par action principale de sommaiion ou autrement , en quelque sorte et manière que ce soit, pour la restitution des sacs, pièces, procez, instances et productions des parties dont ils sont et se trouveront chargez sur les registres des huissiers

« السابقةمتابعة »