Revue contemporaine, 15

Bureaux de la Revue contemporaine., 1858
 

 - 

.

-

484 - Si le rtablissement des sciences et des arts a contribu purer les murs.] Traduit en russe par Paul Potemkine, 1768.
483 - Je forme une entreprise qui n'eut jamais d'exemple, et dont l'excution n'aura point d'imitateur. Je veux montrer mes semblables un homme dans toute la vrit de la nature; et cet homme, ce sera moi.
503 - Comment une multitude aveugle qui souvent ne sait ce qu'elle veut, parce qu'elle sait rarement ce qui lui est bon, excuterait-elle d'elle-mme une entreprise aussi grande, aussi difficile qu'un systme de lgislation ? De lui-mme le peuple veut toujours le bien, mais de lui-mme il ne le voit pas toujours. La volont gnrale est toujours droite, mais le jugement qui la guide n'est pas toujours clair.
485 - PAR L'ACADÉMIE DE DIJON: Quelle est l'origine de l'ingalit parmi les hommes, et si elle est autorise par la loi naturelle?
492 - L'exemple des sauvages qu'on a presque tous trouvs ce point, semble confirmer que le genre humain tait fait pour y rester toujours, que cet tat est la vritable jeunesse du monde, et que tous les progrs ultrieurs ont t, en apparence, autant de pas vers la perfection de l'individu et, en effet, vers la dcrpitude de l'espce.
51 - Ceux qui ont dit qu'une fatalit aveugle a produit tous les effets que nous voyons dans le monde, ont dit une grande absurdit; car quelle plus grande absurdit qu'une fatalit aveugle qui aurait produit des tres intelligents?
502 - Les dputs du peuple ne sont donc ni ne peuvent tre ses reprsentants ; ils ne sont que ses commissaires; ils ne peuvent rien conclure dfinitivement. Toute loi que le peuple en personne n'a pas ratifie est nulle; ce n'est point une loi.
506 - S'il y avait un peuple de dieux, il se gouvernerait dmocratiquement. Un gouvernement si parfait ne convient pas des hommes.
498 - Ces clauses, bien entendues, se rduisent toutes une seule, savoir: l'alination totale de chaque associ avec tous ses droits toute la communaut...
502 - La souverainet ne peut tre reprsente, par la mme raison qu'elle ne peut tre aline ; elle consiste essentiellement dans la volont gnrale, et la volont ne se reprsente point : elle est la mme , ou elle est autre ; il n'ya point de milieu.