Memoires; et, Correspondances des Generaux Charette, Stofflet, Puisaye, D'Autichamp, Frotte, Cormatin, Botherel: de l'Abbe Bernier, etc., et de plusieurs autres chefs, officiers, agens royalistes; pour servir a l'histoire de la guerre civile de 1795 a 1796

Ladvocate, 1824 - 554
 

 - 

.

-

64 - ... les calamits d'une guerre qui expose tant de provinces tous les maux qui marchent la suite des armes, elle ne tardera pas un instant dclarer son opinion en faveur des demandes premptoires que je lui adresse au nom de leurs majests l'empereur et le roi de Prusse ; et qui en cas de refus, attireront immanquablement, sur ce royaume, nagure florissant, de nouveaux et plus terribles malheurs. Le parti que la nation franaise va prendre , la suite de cette dclaration, ou...
62 - Paris l'instrument aveugle de leurs volonts, avait prescrit sa coupable ambition. La suppression du roi, de toutes les fonctions qui lui avaient t rserves par cette mme constitution, qu'on a si longtemps prne comme le vu de la nation entire, a t...
19 - ... elles en tireront une vengeance exemplaire et jamais mmorable, en livrant la ville de Paris une excution militaire et une subversion totale...
281 - Nous sommes avec le plus profond respect, SIRE, De votre majest, Les trs humbles et trs fidles sujets, Le prsident du conseil des ministres, PRINCE DE POLIGNAC.
165 - Stofflet, ses compagnons d'armes ; * Braves amis , Le moment est venu de vous montrer. Dieu , le roi , le cri de la conscience , celui de l'honneur et la voix de vos chefs vous appellent au combat. Plus de paix ni de trve avec la Rpublique ; elle a conspir la ruine entire du pays que vous habitez. Vous enchaner sous ses lois barbares, vous associer ses crimes, arracher de vos mains le fruit de vos travaux , vos grains , vos subsistances , vos dernires ressources ; tels sont...
132 - Rivire depuis qu'il a t dbarqu , pour la dernire fois , le 5o septembre , et j'en suis excessivement inquiet. Mais il est de mon devoir de renfermer dans mon cur mes craintes et mes regrets, et de ne m'occuper que des moyens de rparer le pass et de rendre l'avenir plus utile et plus heureux pour la cause que vous dfendez avec tant de gloire. M. de la Braudire, qui vous remettra cette lettre , vous expliquera les motifs qui ont dcid les Anglais vacuer...
282 - J'ai pris le parti, pour le moment, d'employer la plus grande douceur; mais, si cela ne russit pas, je suis bien dcid y mettre la plus grande svrit; et je puis vous donner ma parole d'honneur que je prirai plutt que de jamais traiter avec cette bande de sclrats, quoique dans l'instant prsent ils me fassent demander des entrevues, afin, disent-ils, de savoir ce que je dsire.
120 - Mes vux, mes dsirs et mes intentions bieu. positives , sont de me runir le plus promptement possible aux royalistes franais, et de combattre leur tte, avec la certitude, ou au moins avec l'esprance fonde , que ma prsence , sans aucun secours de troupes trangres , pourra tre dcisive pour le succs de la cause de Dieu et du roi. Pour cet effet, je demande que le gnral Stofflet puisse faire passer la Loire un corps d'lite de six mille hommes au moins ; ce corps qui...
20 - ... de Paris, le Roi, la Reine , ou toute autre personne de la famille royale , taient enlevs de cette ville, tous les lieux et villes quelconques qui ne se seront pas opposs leur passage , et n'auront pas arrt...
99 - ... afin que j'y proportionne mes dmarches ; mais ce que je dsire par-dessus tout , c'est que vous continuiez celles que je sais que vous avez dj faites en Angleterre pour obtenir ma runion avec mon frre et vous. De mon ct , je fais tout mon possible pour pouvoir au moins me mettre en chemin pour me rapprocher ; mais , comme d'Avaray vous l'a marqu dans ma lettre du...