Premires posies: 1829-1835

Charpentier, 1891 - 392
 

 - 

.

-

367 - J'aime surtout les vers, cette langue immortelle. C'est peut-tre un blasphme, et je le dis tout bas. Mais je l'aime la rage. Elle a cela pour elle Que les sots d'aucun temps n'en ont pu faire cas, Qu'elle nous vient de Dieu, qu'elle est limpide et belle, Que le monde l'entend, et ne la parle pas.
226 - On m'a dit l'an pass que j'imitais Byron : Vous qui me connaissez, vous savez bien que non. Je hais comme la mort l'tat de plagiaire; Mon verre n'est pas grand, mais je bois dans mon verre.
163 - Ple toile du soir, messagre lointaine, Dont le front sort brillant des voiles du couchant, De ton palais d'azur, au sein du firmament, Que regardes-tu dans la plaine ? La tempte s'loigne, et les vents sont calms. La fort, qui frmit, pleure sur la bruyre ; Le phalne dor, dans sa course lgre, Traverse les prs embaums. Que cherches-tu sur la terre endormie? Mais dj vers les monts je te vois t'abaisser; Tu fuis en souriant, mlancolique amie, Et ton tremblant regard...
182 - Je suis jeune; j'arrive. A moiti de ma route, Dj las de marcher, je me suis retourn. La science de l'homme est le mpris sans doute; C'est un droit de vieillard qui ne m'est pas donn. Mais qu'en dois-je penser?
230 - Je n'ai plus de systme, et j'aime mieux mes aises ; Mais j'ai toujours trouv honteux de cheviller. Je vois chez quelques-uns, en ce genre d'escrime, Des rapports trop exacts avec un menuisier. Gloire aux auteurs nouveaux, qui veulent la rime Une lettre de plus qu'il n'en fallait jadis ! Bravo ! c'est un bon clou de plus la pense.
381 - Demandant aux forts, la mer, la plaine, Aux brises du matin, toute heure, tout lieu, La femme de ton me et de ton premier vu ! Prenant pour fiance un rve, une ombre vaine, Et fouillant dans le cur d'une hcatombe humaine, Prtre dsespr, pour y chercher ton Dieu ". XLV Et que voulais-tu donc ? Voil ce que le monde Au bout de trois cents ans
227 - Mais je hais les cits, les pavs et les bornes, Tout ce qui porte l'homme se mettre en troupeau, Pour vivre entre deux murs et quatre faces mornes, Le front sous un moellon, les pieds sur un tombeau.
113 - J'ai cru le lieu trop haut pour tre d'un mortel. ut*. A ULRIG (HJTTINGUER tllric, nul il des mers n'a mesur l'abme, Ni les hrons plongeurs, ni les vieux matelots. Le soleil vient briser ses rayons sur leur cime, Comme un soldat vaincu brise ses javelots. Ainsi, nul il, Ulric, n'a pntr les ondes De tes douleurs sans borne, ange du ciel tomb.
216 - Madame, il est heureux, celui dont la pense (Qu'elle ft de plaisir, de douleur, ou d'amour) A pu servir de sur la vtre un seul jour : Son me dans votre me un instant est passe ; Le rve de son cur un soir s'est arrt, Ainsi qu'un plerin sur le seuil enchant Du merveilleux palais tout peupl de feries O dans leurs voiles blancs dorment vos rveries.
193 - Salut, jeunes champions d'une cause un peu vieille, Classiques bien rass, la face vermeille, Romantiques barbus ", aux visages blmis ! Vous qui des Grecs dfunts balayez le rivage", Ou d'un poignard sanglant fouillez le moyen ge ". Salut ! J'ai combattu dans vos camps ennemis. Par cent coups meurtriers devenu respectable, Vtran, je m'assois sur mon tambour crev".