Dictionnaire universel des sciences morale, conomique, politique et diplomatique; ou Bibliotheque de l'homme-d'tat et du citoyen;

Chez les libraires associs, 1782 - 636
 

 - 

.

-

367 - LOUIS, par la grce de Dieu , Roi de France & de Navarre : A nos mes & faux Confeillers , les Gens tenans nos Cours de Parlement , Matres des Requtes ordinaires de notre Htel, Grand Confeil, Prvt de Paris, Baillifs, Snchaux, leurs Lieutenans Civils , & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra ; SALUT.
598 - Le roi, ajoutait-il, qui est le pre de tout son peuple, est encore plus particulirement le pre de toute la jeunesse, qui est la fleur de toute la nation. C'est dans la fleur qu'il faut prparer les fruits : que le roi ne ddaigne donc pas de veiller et de faire...
39 - ... il faudrait une intelligence suprieure qui vt toutes les passions des hommes, et qui n'en prouvt aucune; qui n'et aucun rapport avec notre nature, et qui la connt fond; dont le bonheur ft indpendant de nous, et qui pourtant voult bien s'occuper du ntre; enfin, qui, dans le progrs des temps se mnageant une gloire loigne, pt travailler dans un sicle et jouir dans un autre *. Il faudrait des dieux pour donner des lois aux hommes.
39 - Celui qui ose entreprendre d'instituer un peuple doit se sentir en tat de changer pour ainsi dire la nature humaine, de transformer chaque individu, qui par lui-mme est un tout parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reoive en quelque sorte sa vie et son tre...
137 - Les paroles ne forment point un corps de dlit; elles ne restent que dans l'ide. La plupart du temps elles ne signifient point par elles-mmes, mais par le ton dont on les dit. Souvent, en redisant les mmes paroles, on ne rend pas le mme sens : ce sens dpend de la liaison qu'elles ont avec d'autres choses. Quelquefois le silence exprime plus que tous les discours. Il n'ya rien de si quivoque que tout cela.
343 - LOUIS , PAR LA GRACE DE DlEU , Roi DE FRANCE ET DE NAVARRE , A nos mes & faux Confeillers , les Gens tenant nos Cours de Parlement , Matres des Requtes ordinaires de notre Htel , Grand-Confeil , Prvt de Paris , Baillifs , Snchaux , leurs Lieutenans Civils , & autres nos Jufticiers qu'il appartiendra : SALUT.
39 - ... lui-mme est un tout parfait et solitaire, en partie d'un plus grand tout dont cet individu reoive en quelque sorte sa vie et son tre; d'altrer la constitution de l'homme pour la renforcer; de substituer une existence partielle et morale l'existence physique et indpendante que nous avons tous reue de la nature. Il faut en un mot, qu'il te l'homme ses forces propres pour lui en donner qui lui soient trangres et dont il ne puisse faire usage sans le secours d'autrui.
446 - Je ne vous ai point appels, comme faisaient mes prdcesseurs, pour vous faire approuver leurs volonts. Je vous ai assembls pour recevoir vos conseils, pour les croire, pour les suivre, bref, pour me mettre en tutelle entre vos mains, envie qui ne prend gure aux rois, aux barbes grises et aux victorieux.
383 - CAR tel eft notre plaifir ; en tmoin de quoi nous avons fait mettre notre fcel cefdites Prfentes. DONNÉ Verfailles le premier jour du nuis de Fvrier , l'an de grce mil fept cent foixame-feize , & de notre rgne le fcond. Signe'.
383 - Enjoint aux fubßituts du procureur- gnral du roi d'y tenir la. main , & d'en certifier la cour dans le mois , fuivant V arrt de.