De l'autorit et de la libert

Didier, 1864 - 205
 

 - 

.

-

85 - Que saint Pierre et ses successeurs, vicaires de Jsus-Christ, et que toute l'Église mme, n'ont reu de puissance de Dieu que sur les choses spirituelles et qui concernent le salut, et non point sur les choses temporelles et civiles, Jsus-Christ nous apprenant lui-mme que son royaume n'est point de ce monde...
14 - Je n'ai qu' me consulter sur ce que je veux faire : tout ce que je sens tre bien est bien , tout ce que je sens tre mal est mal : le meilleur de tous les casuistes est la conscience ; et ce n'est que quand on marchande avec elle qu'on a recours aux subtilits du raisonnement.
9 - Et ayant remarqu qu'il n'ya rien du tout en ceci, je pense, donc je suis, qui m'assure que je dis la vrit, sinon que je vois trs clairement que pour penser il faut tre, je jugeai que je pouvais prendre pour rgle ** gnrale que les choses que nous concevons fort clairement et fort distinctement sont toutes vraies, mais qu'il ya seulement quelques difficults bien remarquer quelles sont celles que nous concevons distinctement.
14 - II est donc au fond des mes un principe inn de justice et de vertu , sur lequel , malgr nos propres maximes , nous jugeons nos actions et celles d' autrui comme bonnes ou mauvaises; et c'est ce principe que je donne le nom de conscience.
14 - Trop souvent la raison nous trompe, nous n'avons que trop acquis le droit de la rcuser; mais la conscience ne trompe jamais; elle est le vrai guide de l'homme...
8 - Qu'on me prouve aujourd'hui qu'en matire de foi je suis oblig de me soumettre aux dcisions de quelqu'un , ds demain je me fais catholique , et tout homme consquent et vrai fera comme moi.
10 - Certes, dans cette premire connaissante, il n'ya rien qui m'assure de la vrit que la claire et distincte perception de ce que je dis, laquelle de vrai ne serait pas suffisante pour m'assurer que ce que je dis est vrai, s'il...
85 - Paul ne peut en rien tre altr ou branl : que toute personne soit soumise aux puissances suprieures, car il n'ya point de puissance qui ne vienne de Dieu, et c'est lui qui ordonne celles qui sont sur la terre : celui donc qui s'oppose aux puissances rsiste l'ordre de Dieu.
196 - C'est mme un bien pour le peuple, que le gouvernement devienne ais, qu'il se perptue par les mmes lois qui perptuent le genre humain, et qu'il aille, pour ainsi dire, avec la nature.
63 - Chacun de nous met en commun sa personne et toute sa puissance sous la suprme direction de la volont gnrale; et nous recevons en corps chaque membre comme partie indivisible du tout.