L'cole des murs, ou, Rflexions morales et historiques sur les maximes de la sagesse, 3

 

 - 

.

-

170 - Je vous avoue aussi que la majest des Écritures m'tonne, la saintet de l'Évangile parle mon cur. Voyez les livres des philosophes avec toute leur pompe; qu'ils sont petits prs de celui-l ! Se peut-il qu'un livre la fois si sublime et si simple soit l'ouvrage des hommes ? Se peut-il que celui dont il fait l'histoire ne soit qu'un homme lui-mme?
385 - Le roi demanda une retraite pour la nuit, et souper. Il fallut attendre le retour du mari. Pendant ce temps, le roi se chauffa, assis sur une mauvaise chaise, la seule qu'il y et dans la maison. Vers les dix heures arrive le charbonnier, las de son travail, fort affam et tout mouill. Le compliment d'entre ne fut pas long. La femme exposa la chose son mari et tout fut dit. Mais peine le charbonnier eut-il salu son hte, et secou son chapeau tout tremp , que prenant la place...
152 - Enfin, plus je m'efforce de contempler son essence infinie, moins je la conois; mais elle est, cela me suffit: moins je la conois, plus je l'adore. Je m'humilie, et lui dis : Etre des tres, je suis, parce que tu es; c'est m'lever ma source que de te mditer sans cesse.
170 - Est-ce l .le ton d'un enthousiaste ou d'un ambitieux sectaire? Quelle douceur! quelle puret dans ses murs! quelle grce touchante dans ses instructions! quelle lva^tion dans ses maximes! quelle profonde sagesse dans ses discours! quelle prsence d'esprit, quelle finesse et quelle justesse dans ses rponses! quel empire sur ses passions! O est l'homme, o est le sage qui sait agir, souffrir et mourir sans faiblesse et sans ostentation?
171 - Mon ami, ce n'est pas ainsi qu'on invente; et les faits de Socrate, dont personne ne doute, sont moins attests que ceux de JsusChrist.
26 - L , de serpents nourrie et dvore , Veille l'Envie honteuse et retire , Monstre ennemi des mortels et du jour, Qui de soi-mme est l'ternel vautour , Et qui, tranant une vie abattue, Ne s'entretient que du fiel qui le tue. Ses yeux cavs , troubles et clignotants, De feux obscurs sont chargs en tout temps : Au lieu de sang, dans ses veines circule Un froid poison qui les gle et les brle...
171 - Jsus expirant dans les tourments, injuri, raill, maudit de tout un peuple, est la plus horrible qu'on puisse craindre. Socrate prenant la coupe empoisonne bnit celui qui la lui prsente et qui pleure ; Jsus, au milieu d'un supplice affreux, prie pour ses bourreaux acharns.
293 - ... ce que les hommes respectent, ils tent aux affligs la dernire consolation de leur misre, aux puissants et aux riches le seul frein de leurs passions; ils arrachent du fond des curs le remords du crime, l'espoir de la vertu, et se vantent encore d'tre les bienfaiteurs du genre humain ! Jamais, disent-ils, la vrit n'est nuisible aux hommes; je le crois comme eux, et c'est, mon avis, une grande preuve que ce qu'ils enseignent n'est pas la vrit.
150 - Ce pain, cet aliment dans mon corps digr, Se transforme en un lait doucement prpar ; Comment, toujours filtr dans...
324 - ... des vrits qu'ils ont apprifes dans leur enfance touchant la Divinit, le Paradis , & l'Enfer ; mais ce n'eft pas une foi teinte , ce n'eft qu'un feu cach fous la cendre. Ils en reflentent l'aftivit , ds qu'ils fe confultent & principalement la vue de quelque pril.