La raison philosophique et la raison catholique, confrences, 2

 

 - 

.

-

239 - Et maintenant te voil dtrn et bris. Ton nom, si longtemps le dernier mot du savant, la sanction du juge, la force du prince, l'espoir du pauvre, le refuge du coupable repentant, eh bien! ce nom incommunicable, dsormais vou au mpris et l'anathme, sera siffl parmi les hommes. Car Dieu , c'est sottise et lchet; Dieu , c'est hypocrisie et mensonge ; Dieu , c'est tyrannie et misre; Dieu , c'est le mal.
xxxviii - Tranquille sur le chemin que j'avais suivre en ce monde, tranquille sur le but o il devait me conduire dans l'autre ; comprenant la vie dans ses deux phases, et la mort qui les unit, me comprenant...
166 - ... d'o il suit que nos ides ou notions, tant des choses relles et qui viennent de Dieu , en tout ce en quoi elles sont claires et distinctes , ne peuvent en cela tre que vraies.
239 - Et moi je dis : le premier devoir de l'homme intelligent et libre est de chasser incessamment l'ide de Dieu de son esprit et de sa conscience. Car Dieu, s'il existe, est essentiellement hostile notre nature, et nous ne relevons aucunement de son autorit.
408 - Le Dieu de la conscience n'est pas un Dieu abstrait, un roi solitaire relgu par del la cration sur le trne dsert d'une ternit silencieuse et d'une existence absolue qui ressemble au nant mme de l'existence : c'est un Dieu la fois vrai et rel, ...
409 - ... c'est un Dieu la fois vrai et rel , la fois substance et cause , toujours substance et toujours cause , n'tant substance qu'en tant que cause , et cause qu'en tant que substance ; c'est--dire, tant cause absolue , un et plusieurs , ternit...
xxxviii - Dieu sur moi, et l'aimant pour la bont de ses desseins, j'tais heureux de ce bonheur que donne une foi vive et certaine en une doctrine qui rsout toutes les grandes questions qui peuvent intresser l'homme.
xl - Je ne pouvais revenir de mon tan nement , qu'on s'occupt de l'origine des ides avec une ardeur si grande, qu'on et dit que toute la philosophie tait l, et qu'on laisst de ct l'homme, Dieu, le monde , et les rapports qui les unissent ...
xxxviii - Mais, dans le temps o j'tais n, il tait impossible que ce bonheur ft durable; et le jour tait venu o, du sein de ce paisible difice de la religion qui m'avait recueilli ma naissance et l'ombre duquel ma...
166 - ... pour vraies et certaines, lesquelles par aprs d'autres raisons m'ont port juger absolument fausses. Mais, aprs avoir reconnu qu'il ya un Dieu, pour ce qu'en mme temps j'ai reconnu aussi que toutes choses dpendent de lui et qu'il n'est point trompeur, et qu'ensuite de cela j'ai jug que tout ce que je conois clairement et distinctement ne peut manquer d'tre vrai ; encore que je ne pense plus aux raisons pour lesquelles j'ai jug cela tre vritable, pourvu...