Introduction philosophique l'tude de droit constitutionnel

 

 - 

.

-

146 - A prendre le terme dans la rigueur de l'acception , il n'a jamais exist de vritable dmocratie, et il n'en existera jamais. Il est contre l'ordre naturel que le grand nombre gouverne et que le petit soit gouvern.
xxxii - ... parachever de grandes entreprises ; la plus brillante et la plus dangereuse des nations de- l'Europe, et la mieux faite pour y devenir tour tour un objet d'admiration, de haine, de piti, de terreur, mais jamais d'indiffrence?
574 - Afin donc que le pacte social ne soit pas un vain formulaire, il renferme tacitement cet engagement, qui seul peut donner de la force aux autres, que quiconque refusera d'obir la volont gnrale y sera contraint par tout le corps, ce qui ne signifie autre chose sinon qu'on le forcera d'tre libre...
578 - L'universalit des citoyens est le souverain, dans ce sens, que nul individu, nulle fraction, nulle association partielle ne peut s'arroger la souverainet, si elle ne lui a pas t dlgue. Mais il ne s'ensuit pas que l'universalit des citoyens, ou ceux qui par elle sont investis de la souverainet, puissent disposer souverainement de l'existence des individus. Il ya au contraire une partie de l'existence humaine qui, de ncessit, reste individuelle et indpendante, et qui est de...
xxx - Quand je considre cette nation en elle-mme, je la trouve plus extraordinaire qu'aucun des vnements de son histoire. En at-il jamais paru sur la terre une seule qui ft si remplie de contrastes et si extrme dans chacun de ses actes, plus conduite par des sensations, moins par des principes; faisant ainsi toujours plus mal...
576 - Quand donc l'avis contraire au mien l'emporte, cela ne prouve autre chose sinon que je m'tais tromp, et que ce que j'estimais tre la volont gnrale ne l'tait pas. Si mon avis particulier l'et emport, j'aurais fait autre chose que ce que j'avais voulu; c'est alors que je n'aurais pas t libre.
576 - Quand on propose une loi dans l'assemble du peuple, ce qu'on leur demande n'est pas prcisment s'ils approuvent la proposition ou s'ils la rejettent, mais si elle est conforme ou non la volont gnrale qui est la leur : chacun en donnant son suffrage dit son avis l-dessus, et du calcul des voix se tire la dclaration de la volont gnrale.
xxxi - ... tantt fort au-dessus ; un peuple tellement inaltrable dans ses principaux instincts, qu'on le reconnat encore dans des portraits qui ont t faits de lui il ya deux ou trois mille ans, et, en mme temps, tellement mobile dans ses penses journalires et dans ses gots, qu'il finit par se devenir un spectacle inattendu lui-mme, et demeure souvent aussi surpris que les trangers la vue de ce qu'il vient de faire ; le plus casanier et le plus routinier de tous quand on l'abandonne...
390 - Tout homme n dans l'esclavage nat pour l'esclavage , rien n'est plus certain. Les esclaves perdent tout dans leurs fers , jusqu'au dsir d'en sortir; ils aiment leur servitude comme les compagnons d'Ulysse aimaient leur abrutissement '. S'il ya donc des esclaves par nature, c'est parce qu'il ya eu des esclaves contre nature.
434 - Tout occupant est donc ncessairement possesseur ou usufruitier, qualit qui exclut celle de propritaire. Or, tel est le droit de l'usufruitier : il est responsable de la chose qui lui est confie; il doit en user conformment l'utilit gnrale, dans une vue de conservation et de dveloppement de la chose; il n'est point matre de la transformer, de l'amoindrir, de la dnaturer; il ne peut diviser l'usufruit, de manire qu'un...