uvres de Robespierre

F. Cournol, 1866 - 346
 

 - 

.


1
1
2
2
3
7
4
18
5
23
6
91
7
127
8
132
11
166
12
182
13
194
14
201
15
217
16
294
17
333
18
341

9
149
10
161

-

272 - DROITS DE L'HOMME ET DU CITOYEN Le peuple Franais, convaincu que l'oubli et le mpris des droits naturels de l'homme, sont les seules causes des malheurs du monde, a rsolu d'exposer dans une dclaration solennelle, ces droits sacrs et inalinables, afin que tous les citoyens pouvant comparer sans cesse les actes du gouvernement avec le but...
275 - Quand le gouvernement viole les droits du peuple, l'insurrection est pour le peuple et pour chaque portion du peuple le plus sacr des droits et le plus indispensable des devoirs.
195 - La Loi est l'expression de la volont gnrale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Reprsentants, sa formation. Elle doit tre la mme pour tous, soit qu'elle protge, soit qu'elle punisse. Tous les Citoyens tant gaux ses yeux sont galement admissibles toutes...
324 - Ses coryphes dclamaient quelquefois contre le despotisme et ils taient pensionns par les despotes ; ils faisaient tantt des livres contre la cour, et tantt des ddicaces aux rois, des discours pour les courtisans et des madrigaux pour les courtisanes; ils taient fiers dans leurs crits et rampants dans les antichambres.
149 - Oh ! je la leur abandonnerai sans regret: j'ai l'exprience du pass, et je vois l'avenir. Quel ami de la patrie peut vouloir survivre au moment o il n'est plus permis de la servir et de dfendre l'innocence opprime? Pourquoi demeurer dans un ordre de choses o l'intrigue triomphe ternellement de la vrit, o la justice est un mensonge, o les plus viles passions, o les craintes les plus ridicules occupent dans les curs la place des intrts sacrs de l'humanit?
308 - Robespierre, sur les rapports des ides religieuses et morales avec les principes rpublicains, et sur les ftes nationales.
153 - Peuple, souviens-toi que si, dans la Rpublique, la justice ne rgne pas avec un empire absolu, et si ce mot ne signifie pas l'amour de l'galit et de la patrie, la libert n'est qu'un vain nom. Peuple, toi que l'on craint, que l'on flatte et que l'on mprise; toi, souverain reconnu, qu'on traite toujours en esclave, souviens-toi que partout o la justice ne rgne pas, ce sont les passions des magistrats, et que le peuple a chang de chanes et non de destines.
271 - Ceux qui font la guerre un peuple pour arrter les progrs de la libert et anantir les droits de l'homme, doivent tre poursuivis par tous, non comme des ennemis ordinaires, mais comme des assassins et des brigands rebelles.
327 - Fanatiques, n'esprez rien de nous. Rappeler les hommes au culte pur de l'Être suprme, c'est porter un coup mortel au fanatisme. Toutes les fictions disparaissent devant la Vrit et toutes les folies tombent devant la Raison. Sans contrainte, sans perscution, toutes les sectes doivent se confondre d'elles-mmes dans la religion universelle de la Nature.
157 - France qu'il avait form une liste de proscription ; je n'ai' pas voulu rcriminer ; mais j'ai vu hier la sance des jacobins ; j'ai frmi pour la patrie ! J'ai vu se former l'arme du nouveau Cromwel , et je me suis arm d'un poignard pour lui percer le sein si la Convention nationale n'avait pas le courage de le dcrter d'accusation,^( Marques d'approbation ritres.