Letters of the Marquise Du Deffand to the Hon. Horace Walpole: afterwards Earl of Orford, from the year 1766 to the year 1780. To which are added letters of Madame Du Deffand to Voltaire, from the year 1759 to the year 1775. Published from the originals at Strawberry-Hill, 1

Longman, Hurst, Rees, and Orme, 1810
 

 - 

.

-

219 - Denis * , qui avait forc la nature pour vivre avec moi la campagne ; il lui fallait des ftes continuelles pour lui faire supporter l'horreur de mes dserts qui, de l'aveu des Russes, sont pires que la Sibrie pendant cinq mois de l'anne. On voit de sa fentre trente lieues de pays , mais ce sont trente lieues de montagnes , de neiges et de prcipices ; c'est Naples en t , et la Laponie en hiver.
194 - Mirepoix et de la Vallire, et quelques hommes de ses familiers. J'aurais bien des choses vous dire, si la confiance m'tait permise ; mais c'est la plus forte marque de tendresse , par consquent il faut se l'interdire. Le prsident ne va pas bien ; il a de la fivre, un gros rhume ; je ne crois pas qu'il passe l'hiver; sa perte me causera du chagrin, et fera un changement dans ma vie. La reine est trsmal , sa fin est trs-prochaine.
145 - ... quel bien procure-t-elle ? elle triomphe des passions ; cela n'est pas vrai ; et si elle arrtait les mouvements de notre me, elle serait cent fois plus contraire notre bonheur que les passions ne peuvent l'tre ; ce serait vivre pour sentir le nant, et le nant (dont je fais grand cas) n'est bon que parce qu'on ne le sent pas. Voil de la mtaphysique quatre deniers, je vous en demande trshumblement pardon ; vous tes en droit de me dire : contentez-vous de vous ennuyer, abstenez-vous...
247 - Persuad par cet exemple que la reine pouvait donner des enfants au roi, la partie qui produisit le hasard d'un seul lit pour le roi et pour la reine fut arrange en consquence. Mais la reine et le cardinal, galement pntrs de la ncessit de cacher Louis XIII l'existence du masque de fer, l'auront fait lever en secret.
132 - Lauraguais , sa dame d'atours , qui dit quelqu'un qui tait auprs d'elle : Cette princesse est si bonne , qu'elle ne veut pas que sa mort soit un malheur pour personne. Adieu, mon bon ami ; adieu , mon tuteur ; venez le plus tt que vous pourrez. Je crois que ce qui fait ma mauvaise sant , c'est que mon me a trop de mouvement pour l'tui qui la renferme.
313 - Voyez-vous des gens d'esprit ? ils ne seront occups que d'eux-mmes ; ils voudront vous blouir, et ne se donneront pas la peine de vous clairer. Avez-vous affaire de petits esprits ? ils sont embarrasss de leur rle ; ils vous sauront mauvais gr de leur strilit et de leur peu d'intelligence. Trouve-t-on, au dfaut de l'esprit, des sentiments ? aucuns, ni de sincres ni de constants.
247 - On sait que Louis XIII n'habitait plus depuis long-temps avec la reine ; que la naissance de Louis XIV ne fut due qu' un heureux hasard habilement amen ; hasard qui obligea absolument le roi coucher en mme lit avec la reine. Voici donc comme je crois que la chose sera arrive.
306 - Ce Saint-Lambert est un esprit froid , fade et faux ; il croit regorger d'ides, et c'est la strilit mme; sans les roseaux, les ruisseaux , les ormeaux et leurs rameaux , il aurait bien peu de choses dire.
xciii - ... vous me faisiez souffrir une privation qui m'tait aussi sensible. Si vous pouviez juger de tout ce que votre absence me cote, cela me vaudrait sinon un second baptme, du moins une seconde agonie. Il est singulier, mais il est pourtant vrai, que c'est un des...
224 - ... de se mettre toute nue; elle rsista cette proposition, se jeta ses pieds, lui dit qu'elle tait une honnte femme; il lui montra un pistolet qu'il tira de sa poche, et lui dit d'obir, ce qu'elle fit surle-champ; alors, il lui lia les mains, et la fustigea cruellement. Quand elle fut tout en sang, il tira un pot d'onguent de sa poche, en pansa ses plaies, et la laissa; je ne sais s'il la fit boire et manger, mais il ne la revit que le lendemain matin. Il examina ses plaies, et vit...