Mmoires de la Socit de statistique du dpartement des Deux-Svres, 5-6

1841
 

 - 

.

-

148 - CAR TEL EST NOTRE PLAISIR : et afin que ce soit chose ferme et stable toujours, nous avons fait mettre notre scel cesdites prsentes.
141 - Nous venons prcds du flambeau de la raison, conduits par l'amour du bien public, nous placer ct de nos concitoyens, de nos frres ! Nous accourons la voix de la patrie qui nous presse d'tablir entre les ordres la concorde et l'harmonie, d'o dpend le succs des Etats-gnraux et le salut de l'Etat.
128 - Squestr par prudence durant la terreur et les troubles de la rvolution , l'ouvrage promis depuis tant d'annes ne vit le jour qu'en 1801, au milieu d'un monde nouveau , bien loin de l'poque et des hommes pour lesquels il avait t compos. S'il...
69 - baille pour la faire peser ; mais que lui ayant rendue et mise sur la table , en prsence de Marchand , son procureur, elle fait dngation de l'avoir reprise et partant mal convenu par le demandeur. Et pour le regard des trois
147 - Quercy, et tous nos autres justiciers et officiers ou leurs lieutenans, prsens et venir, et chacun d'eux, si comme luy appartiendra, que, de nos prsens dons, libralit, grce, cession et transport, ils fassent nostred.
129 - ... voir, chez la nation des Franks, avec l'nergie guerrire, l'instinct politique et une prudence capables de lui donner, en Gaule, l'empire moral en mme temps que la domination matrielle; faire de la lutte acharne entre les Franks et les Romains une guerre de principe, o la libert germanique et le despotisme imprial sont aux prises, et o la libert triomphe. C'est l, en effet, le point de dpart, la base premire de la Thorie des lois politiques de la monarchie franaise2.
69 - ... l'une d'icelles, et pour savoir qui commencerait tirer, nous avons jet une pice d'argent en l'air et fait choisir pour le demandeur l'un des cts de...
69 - ... sera prsentement jet; et cet effet, avons d'office pris deux courtes pailles ou bchettes entre nos mains, enjoint aux parties...
144 - M. le cur Jallet. Avant d'examiner si la nation franaise doit dlguer le droit de faire la guerre , il serait bon de rechercher si les nations ont elles-mmes ce droit. Toute agression injuste est contraire au droit naturel ; une nation n'a pas plus de droit d'attaquer une autre nation , qu'un individu d'attaquer un autre individu. Une nation ne peut donc donner un roi le droit d'agression qu'elle n'a pas : le principe doit surtout tre sacr pour les nations libres. Que toutes les nations...