Days Near Paris

George Allen, 1889 - 363
 

 - 

.

-

338 - Ah ! mon cher fils! est-il mort sur-le-champ? n'at-il pas eu un seul moment? Ah, mon Dieu! quel sacrifice! Et l-dessus elle tombe sur son lit; et tout ce que la plus vive douleur peut faire, et par des convulsions, et par des vanouissements, et par un silence mortel, et par des cris touffs, et par des larmes amres, et par des lans vers le ciel, et par des plaintes tendres et pitoyables, elle a tout prouv.
326 - ... et si complet, qu'on n'y souhaite rien. Les filles qui font des rois et des personnages sont faites exprs. On est attentif, et on n'a point d'autre peine que celle de voir finir une si aimable pice. Tout y est simple, tout y est innocent, tout y est sublime et touchant : cette fidlit de l'histoire sainte donne du respect ; tous les chants, convenables aux paroles, qui sont tires des psaumes ou de la Sagesse, et mis dans le sujet, sont d'une beaut qu'on ne soutient pas sans larmes....
60 - Ah! reprit le roi, pour des restitutions faire, je n'en dois personne comme particulier; mais pour celles que je dois au royaume, j'espre en la misricorde de Dieu.
187 - Ce sont ceux de ma retraite ; ce sont mes promenades solitaires, ce sont ces jours rapides, mais dlicieux, que j'ai passs tout entiers avec moi seul, avec ma bonne et simple gouvernante, avec mon chien bien-aim, ma vieille chatte, avec les oiseaux de la campagne et les biches de la fort, avec la nature entire et son inconcevable auteur.
326 - Je lui dis : Sire, il en a beaucoup; mais en vrit ces jeunes personnes en ont beaucoup aussi : elles entrent dans le sujet, comme si elles n'avaient jamais fait autre chose.
187 - J'allais alors d'un pas plus tranquille chercher quelque lieu sauvage dans la fort, quelque lieu dsert o rien ne montrant la main des hommes n'annont la servitude et la domination...
187 - L'or des gents et la pourpre des bruyres frappaient mes yeux d'un luxe qui touchait mon cur, la majest des arbres qui me couvraient de leur ombre, la dlicatesse des arbustes qui...
4 - O nuit dsastreuse ! nuit effroyable o retentit tout coup, comme un clat de tonnerre, cette tonnante nouvelle : MADAME se meurt ! MADAME est morte ! Qui de nous ne se sentit frapp ce coup, comme si quelque tragique accident avait dsol sa famille?
326 - Je ne puis vous dire l'excs de l'agrment de cette pice : c'est une chose qui n'est pas aise reprsenter , et qui ne sera jamais imite : c'est un rapport de la...
28 - Le courtisan autrefois avait ses cheveux, tait en chausses et en pourpoint, portait de larges canons, et il tait libertin : cela ne sied plus ; il porte une perruque , l'habit serr , le bas uni , et il est dvot : tout se rgle par la mode.