Deux ans de rgne, 1830-1832

A. Mesnier, 1833 - 437
 

 - 

.

-

269 - Charles X ne peut plus rentrer dans Paris ; il a fait couler le sang du peuple. La rpublique nous exposerait d'affreuses divisions; elle nous brouillerait avec l'Europe. Le duc d'Orlans est un prince dvou la cause de la Rvolution. Le duc d'Orlans ne s'est jamais battu contre nous. Le duc d'Orlans tait Jemmapes. Le duc d'Orlans a port au feu les couleurs tricolores, le duc d'Orlans peut seul les porter encore ; nous n'en voulons pas d'autres. Le duc...
33 - ... fait, du concours permanent des vues politiques de votre gouvernement avec les vux de votre peuple, la condition indispensable de la marche rgulire des affaires publiques. Sire, notre loyaut, notre dvouement nous condamnent vous dire que ce concours n'existe pas.
39 - C'est une fte toute napolitaine, monseigneur, nous dansons sur un volcan. Qu'il y ait volcan, me dit SAR, je le crois comme vous, et au moins la faute n'en est pas moi ; je n'aurai pas me reprocher de n'avoir pas essay d'ouvrir les yeux au roi : mais que voulez-vous ? rien n'est cout. Dieu sait o tout ceci...
111 - Les Chambres vont se runir; elles aviseront aux moyens d'assurer le rgne des lois et le maintien des droits de la nation. La Charte sera dsormais une vrit.
148 - J'aurais vivement dsir ne jamais occuper le trne auquel le vu national vient de m'appeler : mais la France, attaque dans ses liberts, voyait l'ordre public en pril; la violation de la Charte avait tout branl; il fallait rtablir l'action des lois, et c'tait aux Chambres qu'il appartenait d'y pourvoir.
iii - ... que le pouvoir royal soit intact, car il est garanti par la constitution ; qu'il soit indpendant, car cette indpendance est un des ressorts de notre libert; que le roi soit rvr, car il est investi de...
99 - ... et la fraude lui prtaient de moyens , lorsqu'il s'est cru assez fort pour les dtruire ouvertement, il avait rsolu de les noyer dans le sang des Franais; grce votre hrosme, les crimes de son pouvoir sont finis.
147 - Messieurs les Pairs et Messieurs les Dputs, Je viens de consommer un grand acte. Je sens profondment toute l'tendue des devoirs qu'il m'impose. J'ai la conscience que je les remplirai. C'est avec pleine conviction que j'ai accept le pacte d'alliance qui m'tait propos. J'aurais vivement dsir ne jamais occuper le trne auquel le vu national vient de m'appeler : mais la France, attaque dans ses liberts, voyait l'ordre...
130 - Laffitte 1 qui tait alors avec plusieurs de nos collgues ; et je remettrai au gnral Grard, aussitt que je le verrai, les papiers dont il m'a charg; mais les devoirs qui me retiennent ici, rendent impossible pour moi d'aller vous chercher. Si vous veniez ...
147 - ... et ne veut que le bonheur et le repos de ses voisins. Le respect de tous les droits, le soin de tous les intrts , la bonne foi dans le gouvernement, sont...