Der socialismus und communismus des heutizen Frankreichs, 1-2

O. Wigand, 1848
 

 - 

.

-

102 - Toute socit dans laquelle la garantie des droits n'est pas assure, ni la sparation des pouvoirs dtermine, n'a point de Constitution.
99 - Le principe de toute souverainet rside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d'autorit qui n'en mane expressment.
99 - Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l'homme. Ces droits sont la libert, la proprit, la sret et la rsistance l'oppression.
104 - La Nation, de qui seule manent tous les pouvoirs, ne peut les exercer que par dlgation. La Constitution franaise est reprsentative : les reprsentants sont le Corps lgislatif et le Roi.
104 - La souverainet est une, indivisible, inalinable et imprescriptible; elle appartient la nation : aucune section du peuple, ni aucun individu, ne peut s'en attribuer l'exercice.
104 - Que tous les citoyens sont admissibles aux places et emplois, sans autre distinction que celle des vertus et des talents...
208 - La plupart des empires ne doivent donc tre peupls que d'infortuns. Que faire pour y rappeler le bonheur? diminuer la richesse des uns, augmenter celle des autres ; mettre le pauvre en un tel tat d'aisance qu'il puisse, par un travail de sept ou huit heures, abondamment subvenir ses besoins et ceux de sa famille. C'est alors qu'il devient peu prs aussi heureux qu'il le peut tre. Il gote, quant aux plaisirs physiques , tous ceux de l'opulent. L'apptit...
245 - De la Rorganisation de la socit europenne, ou de la Ncessit et des moyens de rassembler les peuples de l'Europe en un seul corps politique en conservant chacun son indpendance nationale, par M.
103 - Il n'ya plus ni noblesse, ni pairie, ni distinctions hrditaires, ni distinctions d'ordres, ni rgime fodal, ni justices patrimoniales, ni aucun des titres, dnominations et prrogatives qui en drivaient, ni aucun ordre de chevalerie, ni aucune des corporations ou dcorations, pour lesquelles on exigeait des preuves de noblesse, ou qui supposaient "des distinctions de naissance, ni aucune autre supriorit, que celle des fonctionnaires publics dans l'exercice de leurs fonctions.
207 - Voulez-vous donc donner l'tat de la consistance , rapprochez les degrs extrmes autant qu'il est possible ; ne souffrez ni des gens opulents ni des gueux. Ces deux tats, naturellement insparables, sont galement funestes au bien commun; de l'un sortent les fauteurs de la tyrannie , et de l'autre les tyrans : c'est toujours entre eux que se fait le trafic de la libert publique ; l'un l'achte, et l'autre la vend.