Mmorial catholique: ouvrage priodique, 1-2

1824
 

 - 

.

-

218 - Je suis la lumire du monde ; celui qui me suit ne marche point dans les tnbres ; mais il aura la lumire de la vie.
88 - D'autres cyniques tonnrent la vertu, Voltaire tonne le vice. Il se. plonge dans la fange , -il s'y roule , il s'en abreuve ; il livre son imagination l'enthousiasme de l'enfer qui lui prte toutes ses forces pour le traner jusqu'aux limites du mal.
62 - ... au vagabondage le plus alarmant. Ils sont sans ide de la divinit, sans notion du juste et de l'injuste. De l des murs farouches et barbares; de l un peuple froce. Si l'on compare ce qu'est l'instruction avec ce qu'elle devrait tre, on ne peut s'empcher de gmir sur le sort qui menace les gnrations prsentes et futures.
96 - Le nom de romantique a t introduit nouvellement en Allemagne pour dsigner la posie dont les chants des troubadours ont t l'origine , celle qui est ne de la chevalerie et du christianisme.
230 - ... l'État ne cessera d'tre agit jusqu' ce qu'il soit dtruit ou chang, et que l'invincible nature ait repris son empire.
91 - Dolomieu, que s'il ya quelque chose de constat en gologie , c'est que la surface de notre globe a t victime d'une grande et subite rvolution , dont la date ne peut remonter beaucoup au del de cinq ou six mille ans...
16 - Au surplus, j'envie mon frre: depuis longues annes du moins il a quitt ce triste monde. Je vous remercie infiniment, monsieur, de l'estime que vous voulez bien me tmoigner dans votre belle et noble lettre, et vous prie d'agrer l'assurance de la considration trs distingue avec laquelle j'ai l'honneur d'tre, etc.
153 - Selon ce droit primitif de la nature, nul n'a de droit particulier sur quoi que ce soit et tout est en proie tous.
147 - On prouverait au premier que jamais État ne fut fond que la religion ne lui servt de base; et au second, que la loi chrtienne est au fond plus nuisible qu'utile la forte constitution de l'État.
145 - Pres , de gouverner les hommes en les rendant heureux. Pesez la masse du bien que les Jsuites ont fait; souvenez-vous des crivains clbres que leur corps a donns la France, ou de ceux qui se sont forms dans leurs coles; rappelez- vous les royaumes entiers qu'ils ont conquis notre commerce par leur habilet , leurs sueurs et leur sang ; repassez dans votre mmoire les miracles de leurs missions au...